Appel pour la tenue des états généraux du handicap sur le département

Élections départementales en Loire-Atlantique-canton de Nort

Depuis plusieurs années, nous assistons régulièrement à des grèves au sein des établissements de santé en Loire-Atlantique, dues à la pressurisation de l’ARS sur les finances de ces établissements (de même pour les EHPAD). Les conséquences de cette pressurisation sont une dégradation de la qualité de travail, une précarisation des soignants (embauche à temps partiel, CDD, des horaires qui empêchent une vie sociale dans la cité,…), des difficultés accrues de possibilité d’accueil des personnes en situation de handicap ou en situation de perte d’autonomie (liste d’attente de 1 à 2 ans,…).

Considérant que La conférence régionale de la santé et de l’autonomie (CRSA) n’est autre qu’au service de l’ARS et ne joue pas son rôle de contre-proposition dans le cadre du Projet Régional de Santé, il est urgent que les politiques se saisissent de cette question et reprennent la main sur l’organisation des soins au moins sur le département. Cela passe par l’organisation et la tenue des États Généraux du Handicap sur le département.

il y a un manque criant de lieux pouvant accueillir les personnes handicapées, et notamment des ESAT (https://travail-emploi.gouv.fr/droit-du-travail/handicap-et-travail/article/esat-etablissements-ou-services-d-aide-par-le-travail). On ne peut se satisfaire de la création de 40 places en SAMSAH sur les 6 années du mandat précédent. Il serait nécessaire de faire dans un premier temps un diagnostic sur le département à travers la Maison Départementale du Handicap (MDPH). Voilà ce que nous apprenons sur le site du département: Le Département accompagne, près de 95 000 habitant·e·s en situation de handicap de tous âges. Il finance notamment les aides en faveur du maintien à domicile. 7 600 personnes perçoivent la Prestation de compensation du handicap et 850 personnes l’aide ménagère. En 2020, le Département met l’accent sur des modes de prise en charge alternatifs, tels l’accueil à domicile et l’habitat inclusif. Il poursuit la modernisation de la Maison départementale des personnes en situation de handicap et va lancer un site internet dédié au handicap pour améliorer l’information des habitant·es.

Chiffre-clé: En 2020, 192 600 580 € seront consacrés à l’engagement pour les personnes en situation de handicap. Cela représente 13,5 % du budget total du Département.

Nous savons que l’isolement est le principal danger pour ces personnes, d’autant plus en ce temps de crise sanitaire. Dans la l’agglomération de Nantes, ils peuvent passer inaperçus et disparaître dans le paysage…

Vers les états généraux du handicap

Il est nécessaire de lancer de véritables états généraux du handicap avec les acteurs du terrain: infirmiers, éducateurs mais aussi les associations de personnes en situation de handicap (comme les Groupes d’Entraides Mutuel _http://lesgem.org/ Il en existe un sur Ancenis) mais aussi les associations de familles (UNAFAM , PAS-A-PAS,…). Il arrive également que les usagers soient représentés au sein des établissements par des membres de la CLCV par exemple.

Il est urgent de faire un état des lieux pour que les personnels, les usagers soient enfin écoutés et qu’une véritable place soit faite au handicap dans la cité et non plus sous la forme d’une « sous-traitance » (beaucoup d’ESAT travaillent actuellement pour d’autres entreprises, le « coût » du travail étant bien moins cher ou interviennent au sein d’autres entreprises sous l’aspect de l’entretien des locaux ou des espaces verts, contournant d’une certaine manière, la loi puisque l’entreprise « remplit » ainsi son « quota » de salariés handicapés…).

Mettre un terme à la précarisation du personnel

Nous n’oublierons pas la fermeture de l’IME de Varades, fermeture prévue sur 5 ans en 2013 (https://www.ouest-france.fr/pays-de-la-loire/varades-la-fermeture-de-lime-suscite-des-craintes-1497185) alors qu’il manque des places d’accueil: un véritable gâchis. Le département doit s’inviter à la table des négociations pour mettre un terme à la pression que l’ARS exerce sur les établissements dans une perspective de fermeture des lits, le handicapé en appartement coûte moins qu’en institution, même si il retourne fréquemment à l’hôpital. La MDPH se doit de porter une vision d’avenir et sortir les établissements des contraintes morbides (budgétaire et autres) que l’ARS leur impose.

Élections départementales  en Loire-Atlantique-canton de Nort

Vous trouverez ici quelques luttes du personnel hospitalier sur le département :https://lecellier.info/resister-2/resistance-ouvriere/sante-rentre-resistance/ notamment en psychiatrie.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *