civam-defis

Les CIVAM

Le réseau des CIVAM (Centres d’Initiatives pour Valoriser l’Agriculture et Milieu rural) est un acteur associatif du développement agricole et rural (civam-defis à Saffré) qui œuvre depuis plus de 50 ans pour des campagnes vivantes et solidaires. Sa spécificité repose sur :

  • La référence aux valeurs humanistes de l’éducation populaire, l’ouverture d’esprit,
  • La place essentielle des agriculteurs et des ruraux dans l’évolution des pratiques agricoles et du développement des campagnes,
  • Le rôle des groupes dans l’innovation au sein du réseau,
  • L’échange et le partage entre les animateurs du réseau et le travail avec des partenaires multiples et variés qui favorise l’essaimage des nombreuses initiatives au sein et en dehors des CIVAM,
  • La vision CIVAM du développement agricole et rural s’appuie sur les savoir-faire, les expériences, les énergies des agriculteurs et des habitants des territoires qui complètent et enrichissent les recherches scientifiques et le conseil technique qui en découle.

Vous pourrez trouver le CIVAM-defis à Saffré
4 rue de la Résistance
44390 SAFFRE
Tél : 02.40.14.59.00

site: http://civam-paysdelaloire.org/

un exemple des actions entreprises…

La sauvegarde des haies, un enjeu agricole

civam-defis

Véronique Guitton fait l’exposé de ses haies auprès des participants. | OUEST-FRANCE

Ouest-France

Modifié le 06/01/2019 à 00h07

Le syndicat du bassin-versant de l’Isac et le Civam défis ont organisé un temps fort à la Violaye, au sein de l’exploitation de Véronique et Philippe Guitton.

Dans le contexte de réchauffement climatique actuel, les haies jouent un rôle essentiel. Elles ralentissent les écoulements d’eau, filtrent celle-ci grâce aux talus et aux racines, protègent les troupeaux et cultures par tous les temps, améliorent la structure du sol, limitent l’érosion, stockent du carbone, favorisent la biodiversité et peuvent être sources de produits économiques.

Pour sensibiliser les gestionnaires des haies à ces différents aspects, un temps fort a eu lieu à la Violaye, chez Véronique et Philippe Guitton, éleveurs bio de vaches laitières et gérants de 15 km de haies.

« Un arbre, c’est la vie »

Véronique Guitton a présenté son attachement aux haies et évoqué leur intégration dans le fonctionnement de l’exploitation, « parce qu’un arbre, c’est la vie ! ». Par ce biais, les participants ont découvert les haies sous un autre angle et le vocabulaire associé : futaie, cépée, haut jet, têtard, houppier… Et ont compris qu’une plantation de haie peut prendre différentes formes : en ligne, en quinconce, sur talus ou à plat, avec un impératif pour être fonctionnelle : être d’au moins trois mètres de large.

Tiphaine Lalloué, animatrice du Civam défis (Centres d’initiatives pour valoriser l’agriculture et le milieu rural), rappelait également l’importance du lierre, qui est mellifère et produit de nombreuses baies, très utile en hiver pour les oiseaux.

800 mètres de haie en cours de replantation

« C’est aussi un bon indicateur de la santé de l’arbre s’il prend le dessus, cela signifie que l’arbre est moins vigoureux, en voie de sénescence. »

L’entretien d’une haie dépend aussi de son utilisation future : plaquette, bois d’œuvre, fourrage etc. La coupe d’arbres dans une haie est essentielle pour faire revenir de la lumière, permettre une régénération naturelle des arbres et assurer un renouvellement de la haie dans le cadre d’une gestion pérenne.

Pour ce faire, Manuel Rousseau, un des premiers producteurs de plants issus de graines locales, a sollicité l’association Haies Fay Bocage, très active dans la commune, pour repérer les graines à sélectionner, permettant ainsi la replantation en cours de 800 m de haies par l’association de réinsertion Accès Réagi.

La dernière partie du rendez-vous s’est déroulée autour d’échanges à propos de la chaudière à bois, source de chauffage pour la maison et la salle de traite, de la famille Guitton.

partager, résister, l'alternative