AGRICULTURE BIO: NON A LA BAISSE DES AIDES !

AGRICULTURE BIO: NON A LA BAISSE DES AIDES !

Le ministre de l’Agriculture prêt à sacrifier la bio française !!!


AGRICULTURE BIO: NON A LA BAISSE DES AIDES !

La bio représente 5,7% des surfaces agricoles françaises mais ne bénéficie que de 2% des aides européennes… et le gouvernement trouve ça encore trop !!!

En plein cœur de l’été (période faste en décisions impopulaires !) le Ministre de l’Agriculture s’apprête à limiter les aides à la conversion et au maintien des agriculteurs biologiques. En totale incohérence avec les objectifs affichés au lancement des Etats généraux de l’alimentation il y a moins d’une semaine (!), le ministre est prêt à porter un coup fatal à la dynamique qui porte depuis près de 2 ans les conversions en bio.

L’agriculture biologique connaît pourtant un véritable engouement. Pas moins de 21 fermes se convertissent à la bio chaque jour. Les ventes de produits issus de l’agriculture biologique ont bondi de 20% en 2016 et les surfaces agricoles passées en bio de 16%.

2% des aides pour 5,7% des surfaces…!

L’enveloppe budgétaire consacrée à l’aide à la conversion et au maintien est pourtant notoirement insuffisante. La raison en est simple : elle a été fixée à 90 millions d’euros en 2012 (portée progressivement à 160 millions d’euros) et n’a pas suivi la dynamique de conversion. Résultat : les caisses sont vides et les paysans qui ont pris la risque de se convertir à la bio attendent les aides promises… en 2015 !!!

Ces 160 millions d’euros ne représentent qu’à peine 2% des aides européennes versées par l’Europe à l’agriculture française (7,44 milliards d’euros), alors que la bio représente 5,7% de la surface agricole utile. A peine 2% et pourtant, c’est encore trop pour le syndicat majoritaire qui réclame l’arrêt d’une partie du versement des aides à la bio. Demande inacceptable mais qui semble rencontrer une écoute attentive du ministre de l’agriculture.

D’ici au 1er août, le ministre va notifier à la commission européenne une répartition des aides qui risque de tuer la filière bio !!! Cette décision enverrait un signal négatif au monde agricole et risque de stopper net le nombre d’agriculteurs prêts à s’engager dans une transition écologique. Il y a pourtant urgence !

C’est pourquoi nous demandons instamment au ministre de l’Agriculture de s’engager à flécher 3% supplémentaires du budget du 1er pilier de la PAC vers le second, spécifiquement sur la bio (conversion et maintien), et ce sans préjuger des montants supplémentaires nécessaires pour les autres mesures environnementales et territoriales.

Interpellez le ministre de l’agriculture maintenant en signant la pétition initiée par Agir pour l’Environnement et soutenue par la Fédération Nationale de l’Agriculture Biologique !

Transition agricole: 34 ONG dénoncent le quasi-arrêt des aides à l’agriculture biologique:

Dans le cadre de la mobilisation contre la baisse des aides à la bio, Agir pour l’Environnement a rédigé et coordonné un appel co-signé par 34 structures nationales; tribune adressée au ministre de l’Agriculture.

Tribune « Transition agricole: 34 organisations dénoncent le quasi-arrêt des aides à l’agriculture biologique »

Quel secteur économique peut se targuer d’une croissance continue ces dix dernières années, d’un véritable engouement des consommateurs et d’un soutien constant des citoyens ? Sous l’effet des crises systémiques frappant le milieu agricole, l’agriculture biologique connaît un succès qui ne se dément pas. Chaque jour, ce sont 21 fermes qui se sont converties à la bio en 2016. Entre 2001 et 2016, le nombre de fermes produisant une alimentation biologique a triplé, passant de 10 364 à 32 264 ! Et les dernières crises agricoles ont encore amplifié ce mouvement de fond. Les surfaces en bio ont cru de 16 % en 2016 en France.

Loin de la dépression qui frappe l’agriculture:  suite sur « agir pour l’environnement »

Au même moment se déroulent

Relancer la création de valeur et en assurer l'équitable répartition

les « états généraux de l’alimentation ». Un site internet est dédié à cet événement, on peut y lire:

 

 

partager, résister, l'alternative