sortir de l’Etat d’urgence et les manifestations

« Le discours sécuritaire permet, aux classes dominantes, de mener une politique d’agression inouïe contre les classes populaires, en se présentant sous un visage protecteur et universaliste. Parler de lutte contre l’insécurité, c’est construire une représentation rassurante du pouvoir en place et justifier toutes les régressions sociales et démocratiques par la nécessité de vaincre les ennemis de la liberté et de la sécurité »…

Voici l’appel national  « sortir de l’État d’urgence »

vous y retrouverez l’ensemble des associations, mouvements, syndicats, organisations qui se sont retrouvés pour lancer cet appel.

Rassemblement : Sortir de l’état d’urgence

samedi 30 janvier à 14 h 30 min

Journée nationale de mobilisation pour sortir de l’Etat d’Urgence

Nous invitons à signer, faire signer et diffuser la pétition nationale initiée par le Collectif regroupant une centaine d’associations et syndicats : « Pour nous, c’est définitivement non ! » : http://www.nousnecederonspas.org/petition/

 Le Collectif nantais Sortir de l’état d’urgence a mis en place un Observatoire nantais des libertés dans l’état d’urgence composé d’associations, syndicats et citoyen-ne-s – destiné à recueillir plaintes, témoignages et faits relatifs aux atteintes aux libertés et aux droits : observatoirelibertesnantes@rezocitoyen.net

 Collectif nantais Sortir de l’état d’urgence composé de : Association Républicaine des Anciens Combattants (Arac), Centres d’entraînement aux méthodes d’éducation active (Ceméa), CGT Spectacle, Droit au logement (Dal), Fédération Syndicale Unitaire (Fsu), France Palestine Solidarité (Afps), Les Amoureux au ban public, Libre Pensée, Ligue des droits de l’Homme (Ldh), Mouvement contre le Racisme et pour l’Amitié entre les Peuples (Mrap), Syndicat de la Médecine Générale (Smg), Syndicat des Avocats de France, Union syndicale Solidaires, ATTAC … (liste en cours)

 avec le soutien de : Association « Place au Peuple-Front de Gauche », Ensemble, Europe Écologie Les Verts, Mouvement des Jeunes Communistes de France, Rezé à gauche toute

Le collectif nantais Sortir de l’Etat d’urgence appellait à un rassemblement le mardi 22 décembre à 18 h devant la préfecture.

Le collectif nantais Sortir de l’État d’urgence demandait à être reçu par la préfecture le mardi 22 décembre. Celle ci lui a refusé la moindre entrevue.

Composé d’associations, de syndicats, de citoyens, et soutenu par Place au peuple-Front de gauche et Ensemble, le collectif s’alarme du projet du gouvernement de modifier la Constitution. Ce projet envisage de retirer la nationalité française aux binationaux nés en France, et d’inscrire l’État d’urgence dans la Constitution.Le collectif estime que les deux propositions sont « inacceptables ». La première parce qu’elle induit l’idée qu’il y aurait « des Français moins Français que les autres ». La deuxième parce qu’inscrire l’État d’urgence dans la durée est « une menace pour les droits et les libertés. »Par ailleurs, un observatoire nantais des libertés dans l’État d’urgence a été créé mardi dernier. Composé d’associations, de syndicats, et de citoyens, ce « dispositif de vigilance » vise, lui aussi, à « la défense des libertés. »Les habitants sont invités à faire remonter leurs observations (par exemple s’ils ont été victimes de discriminations ou témoins d’abus) sur observatoirelibertesnantes@rezocitoyen.net« À partir de situations concrètes, nous voulons identifier les atteintes au droit puis interpeller les autorités », explique le collectif nantais.

Les militants de la COP21,cibles de l’état d’urgence

LE MONDE | 27.11.2015 à 11h22 • Mis à jour le 28.11.2015 à 400-personnes-manifestent-pour-le-climat-nantes19h25 | Par Laurent Borredon et Adrien Pécout
Quelques jours avant l’ouverture de la COP21, dimanche 29 novembre, 24 militants écologistes ont été assignés à résidence dans toute la France. Selon nos informations, au moins six personnes ont été assignées à résidence à Rennes, ainsi qu’un membre de l’équipe juridique de la Coalition Climat21, qui rassemble 130 associations, organisations non-gouvernementales et syndicats. Les policiers ont également tenté de notifier cette mesure à plusieurs personnes à Rouen et à Lyon sans parvenir à les trouver. Des perquisitions ont eu lieu à Ivry-sur-Seine (Val-de-Marne) et… chez des maraîchers bios de Dordogne.
Les assignations que Le Monde a pu consulter prennent fin le 12 décembre, soit au lendemain de la fin de la conférence sur le climat…
…Le ministre de l’intérieur, Bernard Cazeneuve, a justifié, samedi 28 novembre, ces mesures administratives :
« Nous avons assigné 24 personnes parce qu’elles avaient témoigné d’actes violents par le passé à l’occasion de manifestations et qu’elles avaient exprimé le souhait de ne pas respecter les principes de l’état d’urgence. […] J’assume totalement cette fermeté. »                 «  s’il sont assignés à résidence c’est qu’il n’y a pas d’éléments de preuve pour les poursuivre pénalement. » Juge Marc Trévidic
Mais pour la secrétaire nationale d’Europe Ecologie-Les Verts, Emmanuelle Cosse, « il n’est pas acceptable que des militants de l’écologie soient pris pour cible à quelques jours de la COP21. Nous avons exigé que dans le cadre du contrôle parlementaire soit examiné l’ensemble des raisons qui ont conduit à ces assignations et perquisitions. »

« Ils ont fouillé partout »
Au squat du Massicot, à Ivry-sur-Seine, le réveil a été plus « mouvementé » que d’ordinaire. …
COP21 toujours : en Dordogne, mercredi, à 7 heures, les forces de l’ordre ont perquisitionné la ferme d’un couple de maraîchers bios.
….
Improvisation
A Rennes, où six personnes se sont vu signifier une assignation à résidence, même ambiance musclée. Dans l’un des appartements, les fonctionnaires sont arrivés jeudi vers 9 h 30. « Une quinzaine de policiers sont entrés arme au poing, en nous criant de nous allonger au sol. Puis ils nous ont menotté. … Pour l’un des militants, il est ainsi évoqué une … « participation active aux manifestations violentes à l’encontre de la police à Pont-de-Buis (Finistère), les 23, 24, 25 octobre 2015 », alors qu’il peut établir qu’il n’y était pas. Des recours devant le tribunal administratif devaient être déposés, vendredi 27 novembre.
L’improvisation est encore plus flagrante dans d’autres villes de France. A Rouen, la police s’est présentée dans un appartement que les personnes assignées n’occupaient plus depuis plusieurs mois…

En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/societe/article/2015/11/27/les-militants-de-la-cop21-cible-de-l-etat-d-urgence_4818885_3224.html

Copie de sauver le climat

Loire-Atlantique: Le préfet interdit les manifestations et rassemblements publics les 28 et 29 novembre

« Les manifestations et rassemblements sur la voie publique sont strictement interdits samedi et dimanche, quel qu’en soit le motif, annonce ce midi le préfet de Loire-Atlantique, Henri-Michel Comet.
« Cette décision intervient dans un contexte marqué par la menace terroriste et les attentats du 13 novembre 2015 en Île-de-France, justifie le préfet. Tout attroupement ou rassemblement comporte dans ces circonstances de sérieux risques pour la sécurité des personnes au regard des menaces d’attentats ou de troubles à l’ordre public. »

À l’approche d’un week-end de mobilisation pour le climat, la plupart des préfectures ont pris des arrêtés d’interdiction de manifester.

Le week-end du 28-29 novembre était inscrit au calendrier des mouvements sociaux comme une date incontournable. Après les longues tractations, sous haute tension, qui ont conduit mercredi 18 novembre à l’interdiction de la marche mondiale pour le climat à Paris, c’est désormais au tour des préfectures des départements de toute la France de prendre des arrêtés d’interdiction.

Ils concernent les manifestations à caractère revendicatif, qui doivent habituellement faire l’objet de demandes en préfecture, et excluent la plupart du temps les rassemblements en hommage aux victimes des attentats du 13 novembre, ainsi que les manifestations commerciales….

Le marché de Noël de Nantes maintenu malgré la tragédie de 2014 !

Et pendant ce temps là les marchés de Noël sont maintenus,on pourra faire la  fête au Puy du fou, au Zénith….
A quoi sert l’état d’urgence?  ou plutôt, A qui sert l’état d’urgence ?
5000 fichés S sur les 10 000 ne sont pas des islamistes.
Maalouf joueur international de trompette interdit de sortie du territoire:
incompréhensible…
Des maraîchers bio perquisitionnés….
La criminalisation des non-beni oui oui
depuis Sivens continue..
Heureusement qu’il y a des Mamert, Attard…

Le rassemblement appelé par le Collectif Climat 44  interdit par le préfet, mais maintenu…

« On maintient le rassemblement. Il est fondamental qu’à l’occasion de la conférence des Nations Unies sur les changements climatiques (COP 21), il y ait une mobilisation citoyenne et une expression publique qui voient le jour. Le débat sur l’avenir de la planète ne doit pas être confisqué par les chefs d’États. »
suite…

cop 21

Plus d’un millier de personnes à la manif Climat:

Malgré l’interdit préfectoral, plus d’un millier de personnes ont répondu à l’appel du collectif Climat 44. Une belle chaîne humaine a défilé dans le calme, dans le centre-ville nantais.
Il est tout juste 14 h, lorsque la place du Bouffay, à Nantes, commence à se remplir. À l’appel du collectif Climat 44, militants, sympathisants ou tout simplement citoyens concernés par le dérèglement climatique de la planète ont répondu présents pour constituer une chaîne humaine. Malgré l’arrêté préfectoral prononcé mercredi 25 novembre, interdisant toute manifestation sur la voie publique, ce week-end, ils étaient plus d’un millier au rassemblement. Beaucoup de jeunes étaient présents…

« État d’urgence : la police attaque une manifestation à Nantes »

Article paru sur Indymedia Nantes, les manifestants ont été surpris par la rapidité et de la violence de la force publique à leur encontre. La manifestation démarrait; à  hauteur de Decré, elle passe  au moment où se fait arrêter un SDF.  Suit quelques échanges verbales, la police prend peur et charge… Une brigade de la BAC surgit au cœur du cortège, matraques en avant. Ces policiers en civil étaient donc cachés à l’arrière du groupe depuis le début. Un manifestant est plaqué au sol et tabassé, alors qu’une femme cinquantenaire qui crie « pas de violence ! » est elle aussi jetée au sol par les policiers et projetée contre une vitre des galeries Lafayette. Elles reçoit quelques coups.(Le SDF était arrêté parce qu’il avait montré ses fesses aux forces de l’ordre.)4 décembre

Une manifestation « contre l’État d’Urgence et la COP 21 » était organisée vendredi 4 décembre au soir à Nantes. Il s’agissait avant tout de ne pas abandonner la rue après l’interdiction de la manifestation parisienne, et de protester contre les assignations à résidences de militants et les perquisitions administratives qui ciblent ouvertement des personnes de confession musulmane. Le rassemblement devait également permettre un temps d’échange, afin de rompre l’isolement et la peur (suite…) (Autre site nantais d’information: CitiZen Nantes…)                                                                                                                                                 

LE DISCOURS SÉCURITAIRE (Article paru sur Conscience Citoyenne Responsable)
Plus d’un mois après les attentats du 13 novembre, la Ve République présente le visage hideux de la peur, de l’emballement guerrier et d’un pouvoir hors contrôle. Cette fuite en avant sécuritaire est porteuse de nouvelles crises…“Les autorités françaises ont informé le Secrétaire Général du Conseil de l’Europe d’un certain nombre de mesures prises dans le cadre de l’état d’urgence […], mesures qui sont susceptibles de nécessiter une dérogation à certains droits garantis par la Convention européenne des droits de l’homme…” Qu’un gouvernement socialiste en soit l’acteur renvoie aux pires jours de la IVe République sous Guy Mollet !
Dans la déclaration universelle des droits de l’homme et du citoyen, le droit à la sûreté, est la protection des individus contre les arrestations et les emprisonnements arbitraires de l’État dans le but d’assurer leur liberté. Aujourd’hui, ce qu’on appelle le droit à la sécurité, c’est plutôt l’instauration d’un État arbitraire et policier, qui va précisément restreindre nos libertés ! C’est le monde à l’envers !
Le discours sécuritaire permet, aux classes dominantes, de mener une politique d’agression inouïe contre les classes populaires, en se présentant sous un visage protecteur et universaliste. Parler de lutte contre l’insécurité, c’est construire une représentation rassurante du pouvoir en place et justifier toutes les régressions sociales et démocratiques par la nécessité de vaincre les ennemis de la liberté et de la sécurité , suite…

partager, résister, l'alternative