Archives par mot-clé : projet alternatif

du 26 au 31 aout les ateliers de Nantes en commun, au 23, boulevard de Chantenay, à l’atelier Alter&Home.

Nous espérons que, malgré l’actualité nantaise de ces dernières semaines, vous passez un bel été !
Nous espérons que, malgré l’actualité nantaise de ces dernières semaines, vous passez un bel été !

Si vous êtes en manque de discussions politiques sur Nantes et que vous voulez finir le mois d’août en beauté, vous allez adorer les ateliers d’été qui se préparent.
Du lundi 26 au vendredi 30 en finissant par un pique-nique le samedi 31 août, on vous propose des ateliers en journée et en soirée autour d’enjeux philosophiques ou pratiques liés à Nantes en commun ou à Nantes. Au programme : présentations et discussions, pour partager des connaissances autour de sujets qui sont abordés en filigrane dans les enquêtes.

Si vous êtes en manque de discussions politiques sur Nantes et que vous voulez finir le mois d’août en beauté, vous allez adorer les ateliers d’été qui se préparent.
Du lundi 26 au vendredi 30 en finissant par un pique-nique le samedi 31 août, on vous propose des ateliers en journée et en soirée autour d’enjeux philosophiques ou pratiques liés à Nantes en commun ou à Nantes. Au programme : présentations et discussions, pour partager des connaissances autour de sujets qui sont abordés en filigrane dans les enquêtes.

jeudi 27 juin: projection du film « nul homme n’est une île » au cinéma EDEN 3 à Ancenis

NUL HOMME N’EST UNE ÎLE

Nul Homme n’est une île est un voyage en Europe, de la Méditerranée aux Alpes, où l’on découvre des hommes et des femmes qui travaillent à faire vivre localement l’esprit de la démocratie et à produire le paysage du bon gouvernement.

Genre : Documentaire
Durée : 01:36:00 Réalisation : Dominique Marchais

CINÉ-CITOYEN > jeudi 27 juin à 20h30 (en partenariat avec le Conseil de développement du Pays d’Ancenis)

Projection suivie d’un échange avec le FabLab d’Ancenis et l’association l’Outil en main et d’un verre de l’amitié (tarifs réduits)

24 mars Nature et Jardins au Cellier

24 mars Nature et Jardins au Cellier

Cette 7ème édition de « Nature et Jardins » est organisée par Regards Natures et l’AMAP (association pour le maintien d’une agriculture paysanne) du Cellier avec le soutien de la Municipalité.

Bienvenue à

NATURE & JARDINS la première fête des plantes…BIO du département!

Avec Gilles CLEMENT

Cette 7e édition sera l’occasion pour Le Cellier, d’accueillir Gilles Clément, de notoriété internationale, et une quarantaine d’exposants, amoureux de leur produits.

Après une formation comme ingénieur horticole (1967) et comme paysagiste (1969), Gilles Clément enseigne depuis 1979 à l’Ecole Nationale supérieure du Paysage de Versailles.

Quelques unes de ses créations les plus récentes sont le jardin du musée du quai Branly-Jacques Chirac, et plus proche de nous le jardin du tiers paysage sur la base sous-marine de Saint Nazaire; Il a été amené, aussi, à s’intéresser de très près au jardin des Follies Siffait.

En 2011-2012, il est titulaire de la Chaire annuelle de Création artistique au Collège de France. Plusieurs éléments clés de sa réflexion ont marqué les acteurs contemporains du paysage, dont notamment :

  • le «jardin en mouvement » « faire le plus possible avec, le moins possible contre » ;

  • le «jardin planétaire»; nous vivons sur une planète qui est ou peut être une sorte de jardin sans mur mais néanmoins fini : l’enclos planétaire, qui n’est autre que la biosphère, dans un monde spatialement et volumétriquement fini et limité, occupé par des jardiniers plus ou moins bons et responsables;

  • le «Tiers paysage» ou l’importance des délaissés de voiries comme apport à la biodiversité.

Le thème de sa conférence :

« du jardin ligérien aux jardins de demain »

aura lieu à 10h30 à l’église du Cellier

Le Cellier n’est pas inconnu pour gilles Clément puisqu’il a étudié de très près le jardin des Folies Siffait (Les Folies Siffait sont un jardin décoratif organisé en terrasses et présenté sous forme de ruines artificielles. Ces vestiges factices, à l’origine de couleurs différentes, constituent un labyrinthe de socles de tour et d’escaliers qui ne conduisent nulle part. Niches, Balustrades, enduits colorés, escaliers, murs, tours, trompe-l’œil, fausses ruines et jardins suspendus se succèdent, avec comme matière de base le schiste ardoisé. On peut, du site, bénéficier de panoramas sur la loire. Wikipedia)

Semaine pour les alternatives aux pesticides :

C’est la première année sans 24 mars Nature et Jardinspesticide pour les jardiniers, sans metam-sodium pour les maraîchers nantais. Le passage au printemps mérite bien qu’on s’y arrête un peu. Les jours sont plus longs, le soleil plus présent et la vie se réveille doucement. Ces dix premiers jours du printemps sont propices à la reprise des épandages de pesticides. Mais chaque année, des agriculteurs font le choix de les arrêter, de sortir des sentiers battus, d’innover, de sauter dans l’inconnu sans aucune sécurité quant à leur revenu. Nous devons soutenir ces agriculteurs qui font ce choix : il y va de la qualité du contenu de nos assiettes et de la bonne santé de nos enfants. C’est pourquoi cette manifestation s’inscrit dans la Semaine pour les Alternatives aux Pesticides.

Rappelons que notre commune fait partie des Villes & Villages sans pesticides

C’est le moment aussi de parler de produits naturels, de dégustation, de cuisine, du potager, de vivaces, de la conservation des graines et de ses échanges, dans une ambiance festive et familiale. Le temps d’une journée, notre bourg sera un lieu de rencontres riches en échanges de savoir-faire entre jardiniers, amateurs et professionnels : «de la fourche à la fourchette » diront certains.

Au programme de cet événement:

Le marché local

Il y a 10 ans, Le Cellier a été précurseur en permettant à de jeunes maraîchers BIO de s’installer en location sur ses terres. Actuellement, ils sont plusieurs producteurs BIO sur la commune. Nous vous invitons à les (re)découvrir :

  • Benjamin COCHIN le maraîcher BIO du Cellier qui livre ses produits à la cantine scolaire et à l’AMAP,

  • A nnabelle Le Tellier et ses fromages de chèvre qui livre aussi à l’AMAP et les magasins de proximité,

  • Azélie Lelong, et Pierre Anfray de la ferme du Plantis qui livrent aussi leurs tisanes à l’AMAP,

  • Axel Bazin est un jeune paysan-boulanger qui livre les magasins BIO de proximié,

  • Pascal Lépinay qui distribue les semences bio de la maison «Sainte Marthe»,

  • Jean-Yves Camus, originaire du Cellier, devenu paysan-pastier. Il récolte sa propre farine pour ses pâtes BIO,

  • Samuel et Fabien Marzelière de la LA TETE HAUTE, les nouveaux brasseurs BIO et Solidaire de Couffé, originaire du Cellier,

  • Sans oublier les vins Athimon avec leur typicité et leur bienveillance naturelle.

  • Nous en profitons pour saluer la ferme des Vergers du Bois-Macé qui est en train de passer en BIO.

Il existe bien des alternatives aux pesticides, qu’on se le dise….

Participeront également de nouveaux créateurs de goûts :

Une productrice de pickles de la Varenne, un producteur de confitures surprenantes des Touches, un jeune confiturier de Trans sur Erdre, et une safranière nous feront l’honneur de leur présence.

Nous découvrons cette année des artisans paysagistes, des jeunes créateurs en mobilier de jardin. Ces créateurs nous accompagnent dans notre quotidien tout en valorisant et respectant la nature, en n’utilisant aucun produit phytosanitaire.

Le jardin au naturel :

I ls sont encore que quelques pépiniéristes à faire le choix du bio et nous sommes heureux de les accueillir afin de les faire connaître. N’hésitez pas à venir les rencontrer. Ils n’ont que de bons conseils à nous donner et que des bons produits à nous proposer. C’est le moment de planter les hémérocalles, les pivoines, les miscanthus….N’oublions pas que NATURE & JARDINS est la première fête des plantes Bio du département.

Regards Natures avec la présentation de quelques broyeurs nous permettra la comparaison de leur efficacité. Le service «Gestion des déchets» de la COMPA sera présent également pour nous parler « réduction des déchets », du compost mais aussi du furoshiki (art japonais de l’emballage durable).

Conférence à 15h:

les produits naturels (purin d’ortie, de prêle, de fougères,…) peuvent-ils remplacer les pesticides ?

 

avec Patricia BEUCHER, auteur d’une quinzaine de livres sur le jardinage et la nature, chroniqueuse (RTL, Avantages,…), salle de funes.

Les associations :

E lles nous informeront de leurs activités :

  • Qu’est ce qu’un «panier » avec l’AMAP (Association pour le Maintien d’une Agriculture Paysane).
  • Comment se fait la récolte du miel ou encore l’entretien d’une haie d’osiers tressés avec Regards Natures, l’histoire de l’Île Neuve.
  • L’importance des haies et des mares, comment reconnaitre une grenouille agile d’une rainette avec Bretagne Vivante.
  • Sur l’aménagement du bassin versant en relation avec la qualité de l’eau pour entre autre, la sauvegarde de la biodiversité avec le MNLE-Sauver la Loire.

Les animations à vivre en familles:

Elles seront encore gratuites ou laisser à votre appréciation cette année, et à consommer sans modération :

  • Le petit manège de Madame Lila et de Monsieur Billy, manège pédalo-tracté par les parents qui font tourner la tête à leurs jeunes enfants.

  • La balade en carriole par l’association Liâne est reconduite: les ânes de Liâne ont un caractère qui entraîne naturellement la sympathie des enfants.

  • 2 sorties nature dans les coulées avec la LPO (Ligue de Protection des Oiseaux)11h et 14h : comment reconnaître les oiseaux de son jardin par leur chant ?

  • Comment reconnaître les plantes sauvages comestibles, c’est l’époque de l’ail des ours dans les coulées…

La restauration:

Sur place, outre les fromages, bière, que vous pourrez déguster avec les producteurs, vous pourrez profiter d’une offre de restauration importante, avec notamment une «fouée» préparée, cuite sur place et accompagnée des produits locaux, des burgers BIO de la PoppottesMobiles, et des galettes et crèpes BIO de NATURE’L

NATURE & JARDINS est organisée par Regards Natures et l’AMAP (association pour le maintien d’une agriculture paysanne) du Cellier avec le soutien de la Municipalité de

vendredi 22 février – solidarité migrants – 20 H 30, salle des Loisirs à Nort-sur-Erdre avec Malices

La réunion publique du vendredi 22 février – solidarité migrants – 20 H 30, salle des Loisirs à Nort, sera l’occasion de mieux comprendre le dispositif envisagé, avec l’expertise de Bernard ARRU, responsable Emmaüs et initiateur de « Cent pour 1 en bocage ».
Vous qui suivez l’actualité de notre association, vous n’êtes pas sans savoir que nous sommes très impliqués dans un mouvement de solidarité en faveur des migrants ou réfugiés arrivés sur la commune et alentours.
Avec d’autres acteurs de terrain, nous avons vendredi 22 février - solidarité migrantspris l’initiative de mobiliser largement la population pour décupler nos capacités d’accueil et d’accompagnement – et le financement qui va avec -, en créant une association de type « 100 pour 1 ». Le principe est tout simple : 100 personnes qui donnent 5 euros ou plus par mois, c’est un hébergement assuré pour une famille, ou toute autre forme de prise en charge selon les besoins (des tickets de transport par exemple). Cet engagement est aussi une porte d’entrée pour favoriser l’implication de bénévoles susceptibles d’assurer un accompagnement digne (parrainage, cours de français, organisation de moments festifs, etc.).
La réunion publique du vendredi 22 février – 20 H 30, salle des Loisirs à Nort, sera l’occasion de mieux comprendre le dispositif envisagé, avec l’expertise de Bernard ARRU, responsable Emmaüs et initiateur de « Cent pour 1 en bocage ».
Vous l’avez compris, la réussite du projet sera directement proportionnelle au nombre de participants à cette soirée.
En conséquence, nous vous invitons :
– à relayer l’information auprès de vos contacts, avec le fichier joint et le lien vers la page Facebook créée à cet effet :
– à en parler à votre famille, à vos amis et voisins pour qu’ils vous accompagnent le 22 février.
Merci d’avance pour votre malicieuse implication.
Hubert

dimanche 27 janvier marche pour le climat à Ancenis

dimanche 27 janvier marche pour le climat à Ancenis à partir de 10h,

attention la parcours a changé voici le nouveau

https://goo.gl/maps/mJ7a95gprvM2

CHANGEMENT de dernière minute quant au départ de la marche: 10h Place Charles de Gaulle à Ancenis (face à la nouvelle poste), ce dimanche 27 janvier.

suite au 8 décembre qui a mobilisé du monde sur Ancenis l’événement est remis sur les rails

Ancenis le 8 décembre une marche pour le climat « climate alarm »

dimanche 27 janvier marche pour le Climat à Ancenis

Le programme prévu pour cette matinée à Ancenis :

CHANGEMENT de dernière minute quant au départ de la marche: 10h Place Charles de Gaulle à Ancenis (face à la nouvelle poste), ce dimanche 27 janvier.

Attention changement de lieu, le rendez-vous n’est plus à 10h30 sur l’esplanade du Théâtre Quartier Libre  mais à 10h place Charles de Gaulle et l’arrivée Boulevard Leon Séché….

– stands d’information sur les actions et pétitions en cours,
– stands boissons chaudes,
– création d’affiches et de banderoles,
– point info sur les initiatives climat-compatibles sur le Pays d’Ancenis.

Grande marche en musique avec les percussions de la Bridonnière

12h15, arrivée face à la mairie :

– échanges citoyens autour de quelques points du Grand Débat
– compte-rendu des groupes sous forme de prises de parole
– fin en musique !

(Le trajet de la marche a été communiqué le 17/01 à la mairie. Le 21/01, suite à notre appel, nous avons appris que ce courrier n’avait pas encore été traité ; il est possible que le trajet actuellement diffusé sur la page Facebook soit modifié).

Point contact :
contact@campanule.org
Tél : 02.52.77.00.39

30 novembre 2018, soirée irlandaise et soutien aux migrants à Avessac

30 novembre 2018, soirée irlandaise et soutien aux migrants à Avessac

Avessac Sans Frontières organise sa soirée musicale. Au thème cette année l’Irlande !
Ouverture des portes avec petite restauration dès 19h30.
Début des concerts à 20h30. soirée irlandaise et soutien aux migrants à Avessac
Entrée 6€ et tarif réduit 4€.

Vous aurez la chance de pouvoir, tout au long de la soirée, participer à une initiation à la danse irlandaise !

Vous pourrez aussi acheter notre jus de pommes à 2€50/L et de magnifiques butternuts du jardin à 2€/KG.

l’arbre de vie: visite le samedi 27 octobre 2018

Le lieu de vie et d’expérimentation, l’arbre de vie, propose une visite par mois des espaces, notamment ceux travaillés en permaculture. La prochaine se déroulera le samedi 27 octobre  à partir de 10h.

La visite est en tarif libre et conscient et cette fois-ci, il teste également une suggestion qui leur a été faite : un repas maison sera proposé (dans la limite de 20) à la fin de la visite, lui aussi en tarif libre et conscient.
Pour ce qui est de se balader dans le jardin et jeter un coup d’œil aux panneaux explicatifs qui s’y trouvent, comme d’habitude, c’est l'arbre de vie, permacultureouvert à la visite libre, et ce tous les jours… N’hésitez pas à gambader, sans oublier de respecter l’intimité des habitants du lieu quand c’est hors des jours de vente !

vendredi 26 octobre trocs plantes et graines de la grainothèque du Cellier

Bonjour les amis de la grainothèque: trocs plantes et graines de la grainothèque !!!

Notre troc plantes et graines automnal de la grainothèque se tiendra le 26 octobre: amenez, et repartez avec celles que vous souhaitez…Vous pourrez faire part aussi des réussites ou des loupés de cet été qui fut bien chaud.

Partage des savoirs et des pratiques, Pierre Anfray animeratrocs plantes et graines de la grainothèque une causerie autour de la vie du sol. Nouvel agriculteur au Cellier, il vient de publier un ouvrage qui n’est autre que le « guide pratique de la vie des sols ». (vous pouvez feuilleter quelques pages sur Amazon…)

Vendredi 26 octobre à partir de 18h30

à la salle des mariages de la mairie du Cellier, en partenariat avec la médiathèque Claire Bretécher.

une autre façon de s’échanger graines et savoir-faire

12 octobre bocage en péril rassemblement devant la préfecture de Nantes pour défendre un avenir commun dans le bocage à NDDL

Bocage en péril !

Vendredi 12 octobre – bocage en péril – rassemblement devant la préfecture de Nantes (comité de pilotage) pour défendre un avenir commun dans le bocage à NDDL

à l’appel de Naturalistes en lutte , Association Poursuivre Ensemble , COPAIN 44, Coordination des organisations pour le soutiens aux projets de la zad, des habitant.e.s et paysan.ne.s de la zad

Le 12 octobre prochain à Nantes se tiendra le prochain comité de pilotage sur l’avenir de la ZAD. A cette occasion, nous appelons à un grand rassemblement devant la préfecture de Nantes pour défendre un avenir commun dans le bocage.

Le comité de pilotage, rassemble la chambre d’agriculture, les principaux syndicats agricoles (FNSEA, coordination rurale, confédération paysanne), l’association des agriculteurs historiques impactés (adeca) et celle des agriculteurs compensés après avoir accepté de laisser leur terre pour l’aéroport (Amelaza), des forestiers privés (fransylva), les élus de la CCEG et du Conseil départemental, sous l’égide de la Direction Départementale des Territoires et de la Mer (DDTM) et de la préfecture de Loire-Atlantique. En sont absents une bonne partie des usager.e.s, paysan.ne.s et habitant.e.s du territoire, ainsi que des acteurs.trices du mouvement qui a préservé victorieusement le bocage, entre autres les associations naturalistes. Le comité de pilotage est pourtant censé décider des grandes lignes de l’avenir de la ZAD en matière d’agriculture, d’environnement, d’urbanisme, et d’aménagement du territoire.

En réalité, le comité de pilotage semble vouloir mettre en œuvre une stratégie gouvernementale à courte vue : une grande braderie des terres agricoles et des zones sensibles d’un bien commun arraché à la destruction de haute lutte ! L’Etat cherche à refiler la patate chaude en revendant au plus vite les terres de la ZAD au conseil départemental et aux anciens propriétaires privés.

Pour l’instant, le gouvernement refuse de trancher en faveur de nouvelles installations en agriculture paysanne dans une époque où il faudrait pourtant enfin mettre fin à l’accroissement infini et dévastateur de l’agriculture productiviste. De même, il refuse de reconnaître qu’un habitat auto-construit sur la ZAD est bien moins nocif et beaucoup plus inspirant que les pavillons qui partout prolifèrent. Il fait obstacle à l’idée d’un avenir pour le bocage qui soit construit par ses habitants.e.s ainsi que celles et ceux qui ont lutté pour le défendre ; et non par ceux-là même qui – hier encore – voulaient le détruire pour y construire un aéroport ! Il ne prend pas pour l’instant les dispositions qui permettraient de continuer à préserver la biodiversité exceptionnelle de cette zone humide et à se mettre ici comme ailleurs à la hauteur des enjeux climatiques actuels.

Pour notre part, nous refusons la vision portée jusqu’ici par le COPIL. Si le projet d’aéroport est définitivement mort et enterré ; si ce bocage, ses haies, ses mares, ses prairies et ses forêts sont pour l’instant à l’abri du bétonnage et de la destruction pure et simple,il n’en reste pas moins en péril. Ces terres tout juste sauvées sont plus que jamais menacées par le développement d’une agriculture intensive sur une partie d’entre elles. Elles aiguisent les appétits de ceux qui voudraient agrandir leur ferme, tandis que les projets d’installations signataires de COP, comme les lieux de vie encore debout, restent en sursis !

C’est pourquoi le 12 octobre prochain, nous serons devant la préfecture, pour défendre :
- l’existence d’une paysannerie solidaire et d’une campagne vivante
- la constitution d’une réserve de terres préservées pour qu’elles aillent en priorité à de nouvelles installations et non à l’agrandissement d’exploitation déjà compensées en argent et en terres à l’extérieur.
- la prise en charge par le mouvement et les usager.es du territoire des espaces boisés de la zad avec l’appui du collectif de bûcheron.nes, naturalistes, charpentier.e.s et poètes « abracadabois. »
- le maintien possible d’habitats alternatifs et d’un espace d’expérimentation en ce sens.
- la poursuite de ce qui s’est vécu et construit sur la ZAD en terme de rapport au collectif et au partage, aux créations culturelles et sociales et aux liens avec d’autres terrains de résistances.
- l’idée d’un bocage comme bien commun à préserver.

Il nous a fallu quarante ans pour enterrer définitivement le projet d’aéroport, la perspective d’une nouvelle lutte de longue durée pour un avenir commun dans le bocage n’entamera pas notre détermination !