Archives par mot-clé : service public

jeudi 4 avril, « l’Europe » rencontre avec P.Kalhfa, salle A de la Maison des syndicats, Nantes

ENSEMBLE organise le jeudi 4 avril, « l’Europe » rencontre avec P.Kalhfa, salle A de la Maison des syndicats, Nantes, à 20h30.

Pierre Khalfa est syndicaliste, ancien membre du Conseil économique, social et environnemental au titre de Solidaires, co-président de la Fondation Copernic et membre du Conseil scientifique d’Attac. Il participe également à la revue Regards.

Il tient un blog: https://blogs.mediapart.fr/pierre-khalfa/blog

samedi 8 décembre, journée internationale de mobilisations pour le climat dans le 44!

samedi 8 décembre, journée internationale de mobilisations pour le climat dans le 44!

Urgence climatique et urgence sociale: un même combat

Afficher l'image d'origine

« Cette mobilisation pour le climat qui se déploie dans tous les pays, est notre. Comme sont notres toutes les mobilisations pour la justice sociale, la défense des services publics et la solidarité avec les migrants et entre les peuples. » retrouvé l’appel Tract-marche-climat-collectif-unitaire-pour-le-marche

Rendez-vous à NANTES le 8 décembre:

  • 11h ; rassemblement « festif » aux Nefs
  • 12h : pique-nique et animations
  • 14h (au plus tard) :  départ de la marche depuis les Nefs >> rejoint par le cortège unitaire du « collectif du 26 mai » (regroupant des partis, syndicats et associations dont nous faisons partie) qui lui se regroupe à 13h45 à Chantiers navals et qui défilera en fin de cortège derrière une banderole (sans logos) affichant le message :  » justice climatique et sociale, même combat ».
  • La marche ira jusqu’à Commerce, point de rassemblement des gilets jaunes. Là, chaque organisation et chaque individu choisira de se joindre ou pas à la manifestation des G.J.

samedi 8 décembre, journée internationale de mobilisations pour le climat

 

 

 

rendez-vous  à ANCENIS le 8 décembre:

Départ à 11 h 00 devant les halles d’Ancenis. https://www.facebook.com/events/201902570737339/

urgence climatique et sociale

Le rendez-vous est donné à 11h devant les Halles et nous descendrons vers le jardin de l’Eperon où une soupe sera proposée.Ancenis le 8 décembre une marche pour le climat

octobre: à Nantes le personnel de Santé Atlantique est en grève, quel avenir pour les travailleurs de la santé et des patients ?

Désorganisation du secteur de la santé: « nous ne sommes que des numéros sur les plannings, nous travaillons dans un service un jour, puis dans un autre la semaine qui suit, avec des amplitudes horaires qui peut aller jusqu’à 9-10h (voir 12h – vous lisez bien 12 – pour certaines d’entre nous) par jour. Nous sommes des infirmières jetables », un numéro sur une grille. « et il arrive que nous ne connaissons pas nos horaires 3 jours avant! ».Voilà ce que nous pouvons entendre du « malaise social » que peut vivre l’ensemble du personnel de la santé, et plus particulièrement à Nantes, où le personnel de Santé Atlantique est en grève depuis 7 jours. Véritablement se pose la question quel avenir pour les travailleurs de la santé et des patients?

7ème jour de grève:

Cette désorganisation est menée tambour battant sous les gouvernements libéraux ou « sociaux-démocrates ». Les directions administratives sont aux ordres des ARS.  Cette désorganisation est un prélude  à ce qui se jouera pour le futur CHU.

En ce 16 octobre 2018, une grande partie du personnel de Santé Atlantique est en grève. Il dénonce la désorganisation du travail dans les nouveaux locaux de Santé Atlantique qui fait partie du groupe Elsan (groupe leader de l’hospitalisation privée en France), Ce groupe a entrepris de regrouper sur le même site, à Saint-Herblain, la Polyclinique de l’Atlantique, l’Institut de la main (Jeanne-d’Arc), la clinique Saint-Augustin et Sourdille (ophtalmologie).

La santé LOW COST:

Au fil des années, nous avons vu apparaître des disparités croissantes au sein du personnel: des disparités de responsabilité, chaque métier devant se recentrer sur son « cœur de métier », une augmentation du personnel hiérarchique: du n+1 au n+5… avec une envolée des salaires ou des avantages en nature pou les n+3,+4,+5…et un tassement pour les bas salaires, et une augmentation du nombre de personnels travaillant à 50-60% d’un temps complet: les cadres jouant avec des tableaux d’effectifs et d’horaires pour satisfaire à la diminution des recettes de l’hôpital. Ce qui se traduit sur le terrain par: « On nous demande sans cesse de nous adapter. Par exemple on peut nous réclamer la veille de prendre nos RTT (congés) le lendemain »…

Depuis les années 1980, nous avons assisté dans l’industrie à une désorganisation des grandes entreprises au bénéfice de sous-traitants dont nous avons vu avec la crise de 2008 qu’ils sont les premiers touchés lors de celles-ci: Renault avec ses sous-traitants de sellerie, de moteurs, …EDF en ERDF, etc…Avec la disparition de certains CE.

Dans le secteur de la santé, nous voyons au contraire une redistribution des rôles entre le secteur publique et le secteur privé: la médecine libérale venant même au sein des hôpitaux publiques sous formes de consultations. Une fermeture quasi-systématique de petits hôpitaux de campagnes dont un grand nombre de maternité (Carhaix,…). Une accélération de ses regroupements avec la loi de Marisol Touraine avec la création des Groupements Hospitaliers de Territoire. Un rapprochement des EHPAD avec les petits hopitaux.

le personnel de Santé Atlantique est en grèveSur Nantes, la volonté pour la société ELSAN de regrouper différentes spécialités majeurs comme l’institut de la main, Sourdille, « impose d’harmoniser les statuts »: une grève avait déjà eu lieu en juin 2017, le personnel était à bout. « Sans attendre les négociations, le personnel a fait connaître son exaspération « Nous sommes à bout. On a tiré le signal d’alarme à diverses reprises, mais on ne nous entend pas. Ça a fini par déborder. »

« On nous demande sans cesse de nous adapter, d’évoluer dans notre travail »

Les salariés dénoncent le bas niveau des salaires. « Comme agent de service, je perçois 1 100 € net par mois », dit une femme qui sera en retraite dans quelques mois. « Moi, en qualité de brancardier, je touche 1 180 € », ajoute un homme. « Quant à moi, je suis infirmière, j’ai vingt-neuf années d’expérience et mon salaire est de 1 850 € net » Une autre infirmière a calculé que, compte tenu de son temps de travail, son salaire horaire était de 11,20 € !

Au-delà des revendications salariales, le personnel se plaint des conditions de travail.« On nous demande sans cesse de nous adapter. Par exemple on peut nous réclamer la veille de prendre nos RTT (congés) le lendemain, parce que l’activité des médecins a baissé. Certaines collègues sont victimes de burn-out, de dépressions. Il y a sans cesse des réorganisations pour faire des économies. La gestion financière l’emporte sur l’humain. »

Les réformes qui sont faites pour secourir le système de santé malade, ne sont en fait que des contre-réformes allant dans le sens d’une régression sociale, d’une augmentation des inégalités pour le profit de quelques actionnaires, qui pour certains partiront aux USA, ou au Portugal pour ne pas payer d’impôt et qui reviendront vite se faire soigner en France parce qu’ils seront mieux remboursés.

plus d’infos sur http://lecellier.info/resister-2/resistance-ouvriere/sante-rentre-resistance/

 « psychiatrie: l’état d’urgence »:

Dans le même temps où nous voyons un malaise grandir au sein du personnel travaillant dans le secteur de la santé, certains s’avancent pour dire qu’il est en crise: les derniers en date du 13 septembre ne manquent  pas de culot, il s’agit de 2 personnages qui viennent de publier: « psychiatrie: l’état d’urgence ». Alors que nous savons que tout est mis en œuvre par « nos » dirigeants pour désorganiser les structures, pour désunir les différents métiers, pour isoler le personnel,(avec une augmentation de la souffrance au travail, des suicides, serait-ce la même méthode managériale qu’avait utilisée la direction de France-Telecom, soupçonnée d’avoir mis en place une politique de déstabilisation des salariés, entre 2008 et 2009 ?).

Marion Leboyer et Pierre-Michel Llorca, les auteurs de Psychiatrie : l’état d’urgence, sont co-directeurs de la fondation Fondamental, co-éditeur avec l’institut Montaigne de l’ouvrage.  Jusqu’ici, rien de surprenant. La personne qui siège à la tête du conseil d’administration (CA) l’est un peu plus : il s’agit de David de Rothschild, PDG de la banque d’affaires du même nom. Parmi les membres du CA, entre un représentant des hôpitaux de Paris, des représentants d’universités, de l’Institut national de la santé et de la recherche médicale (Inserm), on trouve aussi la présidente d’une société de conseil en ressources humaines qui travaille essentiellement pour des laboratoires pharmaceutiques, et le PDG d’un groupe privé de cliniques psychiatriques, Sinoué. Le groupe Sinoué, fondé au début des années 2000, possède aujourd’hui une dizaine d’établissements psychiatriques privés en France et en Angleterre. « Le conseil d’administration reflète l’objet de la fondation, qui est d’associer privé et public, répond Pierre-Michel Llorca. Les fondations de coopération scientifiques allient public et privé, c’est leur principe. ».

ELSAN

« Créé en 2000 par Claude Bébéar, fondateur du géant des assurances Axa, l’Institut Montaigne est financé par de très grandes entreprises françaises comme Air France, Bolloré, Carrefour, SFR, Sanofi, Bouygues, Dassault, Orange, Veolia, Vinci, Total, Engie, LVMH, la Banque Lazard ou le Crédit agricole, ainsi que par des entreprises moins connues comme Elsan, le « leader de l’hospitalisation privée en France », dont quelques cliniques psychiatriques privées. » (bastamag) Tient donc comme on retrouve ELSAN.

Mardi 25 septembre: Se rencontrer, débattre, agir avec le Comité national de résistance et de reconquête Pour la défense des acquis de 1936 et de 1945, à 20h30

Comité national de résistance et de reconquête Pour la défense des acquis de 1936 et de 1945 Département de Loire-Atlantique:

Se rencontrer, débattre, agir

Mardi 25 septembre à 18 heures Salle F de la Maison des syndicats à Nantes – place de la Gare de l’Etat –

Animeront le débat depuis la tribune :

Guy Texier, syndicaliste retraité
Claire Compain, syndicaliste retraitée
Maître Lauric Douvisi-Morris, avocat en droit du travail
Aurélie Huchet, syndicaliste CARSAT
Anne-Cécile Trégret, syndicaliste Pôle Emploi

Présentation

La politique économique et sociale menée depuis plusieurs décennies par les gouvernements successifs et leurs majorités s’est traduite par la destruction progressive des conquêtes de la classe
ouvrière de 1936, 1945.
Avec MACRON, son gouvernement, sa majorité, cette politique de casse programmée et systématique s’est accélérée en particulier sur la Sécurité Sociale et ses composantes, retraites, aides sociales, Hôpital et EHPAD, mais aussi sur le statut de la fonction publique ou encore le droit du travail et les libertés syndicales.
Tandis que les perspectives de l’opposition politique n’offrent pour l’heure aucune issue pour le changement de cap, cette casse sociale menée par le gouvernement implique d’amplifier les luttes
sociales des jeunes, des actifs et des retraités.
Les seules perspectives de renversement de cette situation viennent de la classe ouvrière, au sens large du terme, de son combat, et de ses organisations syndicales ouvrières historiques que sont la CGT et la CGT-FO issues de la CGT unifiée de 1895.

Comité National de Résistance et de Reconquête (CN2R)

Depuis maintenant deux ans se réunissent des militants de la classe ouvrière, d’organisations syndicales, de partis politiques, du  mouvement associatif divers qui ont fondé le Comité National
de Résistance et de Reconquête (CN2R) des acquis de 1936 et de 1945 sur la Sécurité Sociale, le Statut de la Fonction Publique, le droit du travail, les libertés syndicales et démocratiques. Ces Comités existent à Nantes et à Saint Nazaire, en liaison avec
le Comité National qui appelle à un rassemblement national de plusieurs centaines de militants le 10 novembre prochain à Paris.
Ces Comités n’ont en aucun cas l’ambition de se substituer aux organisations syndicales et partis politiques : le seul but est de contribuer au renforcement des luttes unitaires du monde du
travail. Nous faisons le constat que dans la diversité des objectifs syndicaux des deux Confédérations, nous avons beaucoup de
revendications communes de reconquête de 1945.

Se rencontrer , débattre, agir:

Il faut se rencontrer, se parler, s’écouter et s’entendre. Le passé est derrière nous et seul le présent et l’avenir de la classe ouvrière, de ses combats pour la Résistance et la Reconquête nous motivent.
C’est dans cet esprit unitaire, qui n’écarte personne, sans sectarisme ni dogmatisme, que nous proposons une rencontre débat, s’inscrivant dans la préparation du 10 Novembre prochain, sur les principaux points de l’actualité sociale en particulier sur la Sécurité Sociale et ses composantes.

la réforme de la retraite à venir

Nous rejetons catégoriquement toute forme de retraite par points, la retraite est un salaire socialisé et donc ne peut être autre que par répartition. Le financement, c’est sur la base : emploi – cotisations sociales – arrêt immédiat des exonérations de cotisations sociales des entreprises (qui constituent un vol sur la rémunération de la force du travail).
La situation actuelle est insupportable, redonnons confiance aux travailleurs dans leurs organisations syndicales de classe, historiques qui ont été à l’origine des grandes conquêtes de 1936, 1945.
C’est par les luttes unitaires sur des bases de classe, la grève, que la situation peut être renversée.
Nous vous proposons de nous rencontrer dans le cadre d’une réunion-débat ce mardi 25 septembre.

Comité national de résistance et de reconquête
Pour la défense des acquis de 1936 et de 1945
Département de Loire-Atlantique

28 juin Appel National de la CGT, FO, Unef, UNL et FIDL

Appel national de la CGT, FO, Unef, UNL et FIDL
Réunies le 12 juin 2018, les organisations syndicales et de jeunesse CGT, FO, Unef, UNL et FIDL apportent leur soutien aux étudiants et aux travailleurs, actifs, chômeurs ou retraités, des secteurs public comme privé, mobilisés pour la défense de leurs droits et l’aboutissement de leurs revendications.

Ces luttes s’inscrivent dans la contestation de la politique idéologique menée par le gouvernement, y compris dans l’éducation en instaurant la sélection à l’université et laissant des milliers de lycéens sur le côté, en mettant fin au caractère national qu’est le baccalauréat, vecteur d’égalité.

La journée de mobilisation du 22 mai, menée à l’appel de l’ensemble des fédérations de fonctionnaires et avec la présence de toutes nos organisations, tout comme l’ensemble des actions menées dans le privé, constitue un signal fort.

Nos organisations saluent et soutiennent la lutte unitaire des Cheminots et réaffirment la nécessité d’un service public du ferroviaire.

Nos organisations s’inquiètent d’une remise en cause de notre modèle social et républicain et, ce, dans un contexte d’explosion des inégalités. La persistance de l’austérité entraîne des réductions drastiques de missions publiques et sociales et menace les services publics comme l’intégralité de la protection sociale. La modération salariale et plus largement la non-redistribution des richesses, ainsi que les choix fiscaux qui sont faits en faveur des riches, viennent réduire le pouvoir d’achat des travailleurs et aggrave la paupérisation.

Les politiques mises en œuvre relèvent d’une logique d’individualisation au prix de la casse des statuts et des droits collectifs à tous les niveaux, dès les études. Elles mettent à mal la solidarité et la justice sociale, valeurs essentielles de la cohésion sociale.

Nos organisations affirment que leur rôle est essentiel à la démocratie sociale, notamment au travers de la négociation et du paritarisme. Elles constituent un contrepoids plus que jamais nécessaire dans une société qui se fracture et où le social devient une « simple » variable d’ajustement budgétaire.

Face à cette situation et à des décisions régressives qui s’opposent aux demandes légitimes des travailleurs et de la jeunesse, l’heure est à la défense des valeurs essentielles comme notre modèle social. Les organisations syndicales et de jeunesse CGT, FO, Unef, UNL et FIDL s’engagent, dès à présent, dans la construction d’un rapport de force interprofessionnel.

Dans la perspective d’une mobilisation interprofessionnelle, avec la plus grande unité possible, elles invitent leurs structures fédérales, départementales et locales à se rencontrer et à faire de la journée du 28 juin 2018 une grande journée de revendications et de mobilisations en allant, notamment, à la rencontre des travailleurs et de la jeunesse. Des initiatives seront organisées partout sur le territoire.

Au-delà des signataires de ce communiqué, l’ensemble des organisations syndicales et de jeunesse est invité à se réunir dès fin août pour analyser la situation sociale et envisager les initiatives à prendre, dans le cadre d’une démarche unitaire la plus large possible.

A Nantes:

Appel intersyndical 44 pour le 28 juin

jeudi 28 juin 2018

Jeudi 28 juin : « Journée de revendications et de mobilisations »
Construire le rapport de force interprofessionnel par la grève

Emmanuel Macron et le gouvernement ne perdent décidemment pas de temps. Pas une semaine ne passe sans qu’un ministre n’annonce une nouvelle mesure contre les garanties collectives et acquis des salariés. Ces mesures s’accompagnent d’une redistribution de richesses à une minorité de privilégiés. Les 500 Français les plus fortunés possèdent déjà 571 milliards d’euros de patrimoine, soit 117 milliards de plus que l’année dernière !…

Le

Appel intersyndical 44 pour le 28 juin

Jeudi 28 juin : « Journée de revendications et de mobilisations »
Construire le rapport de force interprofessionnel par la grève

Emmanuel Macron et le gouvernement ne perdent décidemment pas de temps. Pas une semaine ne passe sans qu’un ministre n’annonce une nouvelle mesure contre les garanties collectives et acquis des salariés. Ces mesures s’accompagnent d’une redistribution de richesses à une minorité de privilégiés. Les 500 Français les plus fortunés possèdent déjà 571 milliards d’euros de patrimoine, soit 117 milliards de plus que l’année dernière !

s organisations syndicales CGT, FO, FSU, Solidaires, UNEF de Loire Atlantique invitent leurs structures à tous les niveaux à faire connaître cet appel.

Elles appellent les salariés et fonctionnaires à se réunir sous la forme d’un débrayage ou d’une réunion d’information syndicale sur leur lieu de travail pour discuter de la situation, des revendications et ainsi préparer les conditions du rapport de force interprofessionnel par la grève en septembre ou début octobre.

Elles invitent les salariés, demandeurs d’emplois et retraités à participer à un meeting-débat devant la maison des syndicats à Nantes le même jour (28 juin) à 18H, où les responsables de chaque organisation syndicale signataire de cet appel, mais aussi les militants actuellement en lutte, pourront s’exprimer.

Le 28 juin, réunissons-nous, discutons et préparons les conditions du rapport de force qui permettra de faire entendre nos revendications et de stopper la mécanique infernale des mesures brutales du gouvernement et du patronat

Frappons fort une bonne fois pour toute… pour gagner !

 

vendredi 20 avril « service public ou enjeux business? » à la MANU à 20h30

Dans le cadre des rencontres publiques du Groupe L’EUROPE INSOUMISE 44: « service public ou enjeux business? »

Des territoires et de la mobilité pour les citoyens d’abord…avec Matthias Tavel orateur national de la France Insoumise!

Alors que la SNCF est sujette à une privatisation certaine le gouvernement semble continuer, si ce n’est accélérer, un mouvement pluri-décennal de privatisations de biens et de services autrefois publics. Un mouvement qui ne s’arrête pas à nos frontières et s’observe chez tous nos voisins européens.

Avec Bertrand Caron, cheminot insoumis et Matthias Tavel, orateur de la France insoumise, nous tenterons de comprendre les enjeux derrière ces privatisations à l’échelle européenne, comment les expliquer ?
Comment peut-on lutter contre cette vague néo-libérale ?
Quel rôle joue l’UE dans ce triste spectacle ?

Cette soirée s’inscrit dans un cycle de rencontres
service public ou enjeux business? organisées par l’Europe insoumise 44, collectif d’insoumis
œuvrant à l’information des citoyennes et citoyens sur le fonctionnement
de l’Union européenne, ses enjeux, ses réalités et son influence sur notre quotidien.
Ensemble nous tenterons de savoir quelles transformations radicales faut-il mettre en œuvre contre les dégradations sociales, économiques, sécuritaires et culturelles.
Pour que l’Europe soit enfin notre Europe, celle des peuples et au service de l’Humain d’abord.

site : https://www.facebook.com/events/174049203405673/

20 avril « service public ou enjeux business? » à la manufacture, Nantes

Dans le cadre des rencontres publiques du Groupe L’EUROPE INSOUMISE 44:

Des territoires et de la mobilité pour les citoyens d’abord…avec Matthias Tavel orateur national de la France Insoumise!

Alors que la SNCF est sujette à une privatisation certaine le gouvernement semble continuer, si ce n’est accélérer, un mouvement pluri-décennal de privatisations de biens et de services autrefois publics. Un mouvement qui ne s’arrête pas à nos frontières et s’observe chez tous nos voisins européens.

Avec Bertrand Caron, cheminot insoumis et Matthias Tavel, orateur de la France insoumise, nous tenterons de comprendre les enjeux derrière ces privatisations à l’échelle européenne, comment les expliquer ?
Comment peut-on lutter contre cette vague néo-libérale ?
Quel rôle joue l’UE dans ce triste spectacle ?

Cette soirée s’inscrit dans un cycle de rencontres
service public ou enjeux business? organisées par l’Europe insoumise 44, collectif d’insoumis
œuvrant à l’information des citoyennes et citoyens sur le fonctionnement
de l’Union européenne, ses enjeux, ses réalités et son influence sur notre quotidien.
Ensemble nous tenterons de savoir quelles transformations radicales faut-il mettre en œuvre contre les dégradations sociales, économiques, sécuritaires et culturelles.
Pour que l’Europe soit enfin notre Europe, celle des peuples et au service de l’Humain d’abord.

site : https://www.facebook.com/events/174049203405673/

mardi 10 avril « pourquoi un nouveau CHU? » à 20h à la manu

Dans le cadre des échanges citoyens de la France Insoumise: « pourquoi un nouveau CHU sur l’Ile de Nantes ? »

Issu du regroupement des hôpitaux Hôtel-Dieu et Laënnec, le nouveau CHU de Nantes ouvrira-t-il ses portes comme prévu sur l’île de Nantes, en 2026, à proximité du pont des Trois-Continents ?Ce projet répond-t’il aux besoins de la population ?

  • un projet à rebondissements
  • pour quelle politique de santé?
  • un lieu qui interroge
  • et la démocratie dans tout ça?

pourquoi un nouveau CHU

Pourquoi un nouveau CHU
photo de SALOM-GOMIS SEBASTIEN/SIPA