Petit-Mars

Élus en 2014 avec près de 40 % des voix sous la bannière Agir ensemble à Petit-Mars, les quatre élus de l’opposition participent à toutes les commissions. À mi-mandat, ils ont fait le point.

À raison d’un par commission, ils donnent leur avis mais ne semblent pas être entendus. Ils regrettent aussi « le manque d’éléments et d’informations » avant de prendre une décision. Ils se veulent force d’opposition mais « pas aux personnes » et aussi « force de propositions ». Ils aimeraient sentir que les décisions sont prises en bureau municipal (réunion maire-adjoints) et non en commission, regrettant aussi le manque de débat au conseil municipal.

« Nous n’avons pas les mêmes priorités », observe par ailleurs le groupe minoritaire. Confirmant leurs interventions aux séances publiques, les quatre élus estiment que les projets ne doivent pas se faire « parce qu’on a des subventions, mais parce qu’on en a besoin ».Petit-Mars

Sans remettre en cause la rénovation de la mairie et l’aménagement du bourg, ils estiment que cela aurait pu être fait autrement et à moins cher : « L’endettement de la commune va s’en trouver renforcé, au détriment d’autres projets. » Ils pensent notamment à une nouvelle salle de restauration scolaire, un pôle enfance, une urbanisation plus fonctionnelle. Le futur parc de jeux dans le nouveau Dareau les conforte car il était dans leur programme de 2014.

« On porte un projet et on ira jusqu’au bout. » C’est en ces termes que les élus d’opposition se positionnent. Ils veulent continuer à informer la population de ce qu’ils font, notamment avec leur petit journal, distribué dans les boîtes aux lettres.

Les quatre élus de l’opposition : Thierry Larcher, Nadine Gouello, Régine Mondain et Christian Maheux.

Décembre 2018: Motion en faveur de la qualité de l’eau du robinet

L’amélioration de la qualité de l’eau potable est une source de préoccupation pour les élus, relayée par le syndicat d’alimentation en eau potable de la région de Nort-sur-Erdre (SAEP). Les élus ont voté, au dernier conseil municipal, une motion en faveur de la qualité de l’eau du robinet issue des deux captages du Plessis Pas-Brunet à Nort-sur-Erdre.

Nitrates

La limite réglementaire est de 50 mg/litre, or pour respecter cette norme, le SAEP doit mélanger les eaux des deux captages. Cette solution ne peut être que provisoire et si les teneurs en nitrates continuent d’augmenter le SIAEP « ne sera plus en mesure de respecter la norme de qualité de l’eau distribuée d’ici une dizaine d’années ». En collaboration avec les exploitants agricoles des mesures de protection pouvant aller « jusqu’au gel des terres » devront être prises pour faire baisser la teneur en nitrates de forages.

Pesticides

Des recherches récentes ont également mis en évidence une contamination généralisée par les métabolites du S-Métolachlore, désherbant utilisé sur le maïs et les haricots verts. Leur élimination nécessite des traitements poussés et onéreux. Selon l’Agence régionale de santé des Pays de la Loire, cette situation ne présente pas de risque pour la santé des usagers. Le syndicat d’eau, appuyé par les élus, demande au préfet l’interdiction immédiate de l’usage du S-métolachlore sur la zone de captage du Plessis Pas Brunet à Nort-sur-Erdre.

partager, résister, l'alternative