Sibille 6 parsons: accompagnement des exilés

le samedi 19 mai 2018, a eu lieu au village de la Gazillardière, une première soirée solidaire en faveur des exilés de toutes nationalités : Camerounais, Ivoiriens, Guinéens, Maliens, a attiré 150 personnes. « On va monter une association sous le nom de Sibille 6 parsons, afin de continuer à leur venir en aide », indique Mélanie Chetanneau, l’une des membres à l’initiative de cette action.

Des exilés qui, sur papier, avaient affiché les motivations qui les ont conduits à fuir leur pays, certains pour des problèmes de religion ou de décès des familles… « J’étais sous l’autorité de mon oncle, qui a voulu que j’abandonne mes études pour aller travailler la terre. Je n’avais pas le choix. » Un oncle qui voulait lui imposer le mariage « il m’avait trouvé une femme pour me marier. Alors j’ai fui le pays, direction le Niger, le Burkina Faso avant d’être pris dans une violence inouïe. En Libye, je me suis retrouvé en prison et on nous envoyait travailler de 6 h à 22 h. » Aujourd’hui, il avoue se sentir très heureux : « Je fais des études à l’université de Nantes et j’ai des bonnes notes ».Sibille 6 parsons

Contact. Pour des denrées alimentaires, Mélanie Chetanneau, tél. 06 70 08 37 23 ou Marie-Julie Communeau, par mail : mj.communeau@gmail.com

partager, résister, l'alternative