la chaudière à bois de La Grigonnais

la chaudière à bois de La Grigonnais :  « On est satisfait parce que, techniquement, ça marche. Et maintenant les agriculteurs rentrent dans la démarche, se réjouit la maire, Monique Jamin. Et ce n’était pas gagné d’avance! » La municipalité de La Grigonnais s’est lancée, en 2012, dans un projet environnemental innovant : chauffer les bâtiments publics de la commune en utilisant le bois des haies bocagères.

Point de départ en 2010 : la nécessité de changer les vieilles chaudières au fuel de l’école publique et de la mairie. « On veut limiter notre dépendance aux énergies fossiles et nos coûts à l’avenir. On a donc choisi le bois car c’est une énergie renouvelable, rappelle Monique Jamin. Après, on avait deux choix : soit s’approvisionner auprès des industriels du bois, soit utiliser la plaquette bocagère en s’appuyant sur notre ressource locale. On a privilégié la deuxième solution, qui n’est pas la plus simple, mais c’est une opportunité pour maintenir le bocage dans la commune. »

Acquisition donc, pour 250 000 €, avec la moitié subventionnée par la Région, d’une chaudière à bois qui assure le chauffage de la mairie, du restaurant scolaire, de l’école publique et de la salle polyvalente, soit 1 600 m2. Elle est alimentée par du bois déchiqueté en plaquettes. « Ce n’est pas du bois d’élagage, précise Nicolas Bodineau, adjoint à l’environnement, les troncs doivent avoir environ 15 cm de diamètre.» Au début, la commune s’est fournie en plaquettes auprès de la SCIC la chaudière à bois de La Grigonnais (Société coopérative) et a utilisé les bois communaux. Désormais, peu à peu, les agriculteurs entrent dans le jeu. « On utilise les arbres des bords de route, en laissant le choix au propriétaire: soit il gère lui-même l’emprise de ses arbres, soit la commune s’en occupe, mais récupère le bois, poursuit Nicolas Bodineau. On gère durablement en ne prélevant que ce qui correspond à la poussée annuelle. Et on demande aux agriculteurs de faire un plan de gestion bocager. »

Conscients que les haies n’ont pas pour seule utilité la fourniture du bois de chauffage, les élus sont attachés à une gestion pérenne du bocage. Lors de la mise en place, neuf personnes dont trois élus, ont suivi une formation sur la « régénération bocagère » avec le Civam (Centres d’initiatives pour valoriser l’agriculture et le milieu rural).

« On reçoit de plus en plus d’appels de collectivités qui souhaitent se renseigner sur notre système ». souligne Monique Jamin. Un intérêt signe de succès.

La commune de La Grigonnais est adhérente au BRUDED, plus d’infos sur http://www.bruded.org/la-grigonnais.html

partager, résister, l'alternative