Marc Trévidic

Attentats de Paris:

« Il faut que l’état d’urgence soit temporaire sinon ça n’a aucun sens », Marc Trévidic

Que dit le Juge Trévidic sur l’État d’Urgence ?
Le juge s’est exprimé sur BFM TV une semaine après les attentats sur l’état d’Urgence. Nous vous invitons à l’écouter :
« Q : Près d’une semaine après son instauration, les forces de l’ordre ont effectué 793 perquisitions, 107 interpellations et 90 gardes à vue. Par ailleurs, 174 armes ont été trouvées dont 18 armes de guerre. 164 assignations à résidence ont été prononcées. Alors, ce dispositif est-il efficace ?
R : d’abord je ne sais pas si tout ça concerne le terrorisme. Il y a des gens qui ont été interpellés, dans les perquisitions on a retrouvé de la drogue chez eux. Ils sont passés devant les tribunaux en droit commun, et pas en terrorisme. Donc, les vrais chiffres dans trois mois, il faudra dire combien de personne ont fait l’objet de procédures judiciaires terroristes et non pas de droit commun. »….
« Q: on vous sent sceptique.
: la technique du « je secoue le cocotier pour voir si les noix de coco tombe », n’a jamais beaucoup marché en matière de terrorisme….(La lutte contre le terrorisme) ne marche vraiment que s’il y a une enquête approfondie, pour découvrir qui prépare les attentats,…s’il sont assignés à résidence c’est qu’il n’y a pas d’éléments de preuve pour les poursuivre pénalement. »
.
« l’état d’urgence c’est une mesure provisoire qui ne peut pas durer. Il va falloir pendant les trois mois créer un nouveau système qui répondent à nos grands principes, qui soit plus efficace,…il faut que cela reste judiciaire »…
« …on peut très bien faire des perquisitions légales, judiciaires respectant les droits, on sait faire, y a pas de problèmes. Les meilleurs résultats obtenus face au terrorisme, y compris à St Denis, c’est par les enquêtes traditionnelles. C’est pas l’état d’urgence qui a fait arrêté … en tout cas qui a amené au résultat de St Denis, la neutralisation du reste du groupe : c’est une enquête.»suite …

Enfin, le 25 décembre, suite à la proposition de la déchéance de la nationalité, et à l’évolution du gouvernement sur différents points, il confia à la « Voix du Nord »: « Enfin, l’état d’urgence, aujourd’hui, permet d’assigner à résidence des… écologistes. Je suis très surpris de voir la rapidité avec laquelle on range nos principes au placard. Que se passera-t-il, demain, si un régime autoritaire qualifie très largement des opposants de « terroristes » ?

Nous vous mettons la totalité de l’interview paru dans la « Voix du Nord » du juge Marc Trévidic qui revient sur la déchéance de la nationalité et l’état d’urgence:

«Sommes-nous prêts à recevoir les terroristes des autres?»

Publié le 25/12/2015 – Mis à jour le 25/12/2015 à 17:19
LAKHDAR BELAID
Ancien juge antiterroriste, aujourd’hui vice-président au tribunal de grande instance de Lille, Marc Trevidic juge avec sévérité le projet d’extension de déchéance de nationalité aux binationaux nés en France. Pour ce magistrat expérimenté, cette réforme ne fera que créer des problèmes supplémentaires.
Comment jugez-vous le projet annoncé par le gouvernement ?
« Il y a déjà des questions pratiques. Comment expulser un individu qui a toujours vécu en France ? Une autre nation a-t-elle à gérer quelqu’un né chez nous ? Imaginons qu’un autre pays, par exemple le Maroc, vote un texte similaire. Une personne y aura passé toute sa vie et, d’un seul coup, le Maroc nous l’envoie car également français. On n’exporte pas un terroriste ! Que se passera t’il si l’Algérie, les Etats-Unis nous adressent des déchus ? Allons-nous les accepter ? Le Royaume-Uni est en train de réfléchir à une réforme analogue. Que va-t-il advenir des franco-britanniques dans cette situation ? En réalité, c’est faire beaucoup de bruit pour rien et risquer, vraiment, de fabriquer des apatrides.
La question de l’égalité se pose également. Dans notre pays, le principe est qu’il ne doit pas y avoir de distingo entre Français. Comment pourra-t-on réécrire la Constitution ? Enfin, on semble, ici, partir du principe qu’être français, ça se mérite. C’est peut être le cas des personnes qui acquièrent la nationalité. Quand on est né français, où placer la question du mérite ? La nationalité n’est pas un cadeau !»
Y-a-t-il une efficacité apportée, ici, dans la lutte antiterroriste ?
« Je ne la vois pas ! Une telle mesure, très certainement inapplicable, ne peut pas avoir de caractère dissuasif. Sa mise en oeuvre consommerait énormément d’énergie. Cette réforme créera davantage de problème qu’elle n’en réglerait. Encore une fois, quelle sera la réaction de la France si l’autre nation auquel un suspect est rattaché refuse de le recevoir ? N’oublions pas, non plus, qu’on ne peut pas expulser un individu vers un pays où sa sécurité est en danger. Pour cette raison, la Grande Bretagne a du garder Abu Qutada (Arrêté en 2005, ce Jordanien a finalement été expulsé en… 2013). Notre pays ne doit pas se considérer seule dans une bulle. La posture, ici, est : Cachez ce terroriste que je ne saurais voir ! Ce n’est pas aussi simple. »
Une telle mesure peut elle entraîner des dérives ?
« Le pays est encore sous le coup de l’émotion due aux attentats de novembre. En même temps, la définition du terrorisme est très floue. Il concerne également l’atteinte aux biens. Les Moudjahidinne du peuple iraniens ont été considérés comme terroristes ou pas en fonction des enjeux de notre politique étrangère. Enfin, l’état d’urgence, aujourd’hui, permet d’assigner à résidence des… écologistes. Je suis très surpris de voir la rapidité avec laquelle on range nos principes au placard. Que se passera-t-il, demain, si un régime autoritaire qualifie très largement des opposants de « terroristes » ?

partager, résister, l'alternative