« Notre-Dame-des-Landes: Nous avons toutes et tous une bonne raison de dire non! »

CONSULTATION

Les résultats sont intéressants sur Ligné par exemple, le préfet et NDDLM.Perrion,dont il est le premier magistrat se gargarisait de représenter 80 % de la population avec les autres maires signataires de son appel, et pour rappel, il avait obtenu aux dernières élections municipales, 78.66% des voix dès le premier tour…. et là il ne fait que 62% de oui avec une participation de 60% .
Comme le rappelait M. le Prefet Henri-Michel Comet à 30 jours du vote, « cette consultation a une valeur d’avis…en fonction de cet avis supplémentaire, le gouvernement appréciera la suite… »
Et antérieurement il y a bien eu d’autres avis sur lesquels il s’est assis, notamment celui du collège d’experts nommés par le premier ministre lui-même et qui concluait:
« Extrait du rapport du collège des experts, 9 avril 2013, nommé par le premier ministre :
« Après analyse des principes de cette méthode de compensation environnementale (déplacement des espèces, etc…)et des résultats de son application à Notre-Dame-des-Landes, le collège d’experts considère que cette méthode ne peut pas être validée en l’état, et émet les réserves suivantes :
Sur les principes de la méthode :
• la non adéquation de la méthode de compensation avec la disposition 8B-2 du SDAGE du bassin Loire-Bretagne, et son excessive complexité, la rendant peu intelligible par les citoyens…

Sur son application à Notre-Dame-des-Landes :
• une caractérisation initiale insuffisante de la biodiversité,
• une analyse insuffisante du fonctionnement hydrologique quantitatif, avec une surestimation de la fonction soutien d’étiage et une sous-estimation de la fonction ralentissement des crues,
• une analyse non pertinente de la qualité des eaux,
• une insuffisance d’engagement formel des maîtres d’ouvrage quant à l’obligation de résultat,
• une absence de méthode explicite de suivi à long terme des mesures de compensation,
• une grande difficulté d’appréciation et de fortes incertitudes sur la faisabilité des
mesures de génie écologique proposées.
Le collège d’experts estime que ces réserves devraient être levées pour que le projet puisse être poursuivi. ...» Rapport consultable sur

http://www.developpement-durable.gouv.fr/IMG/pdf/Rapport_college_experts.pdf
et l’avis du  Comité permanent du Conseil National de la Protection de la Nature (instance du ministère de l’écologie) « fait sienne les douze réserves présentées dans le rapport et demande que celles-ci soient effectivement prises en compte par les maîtres d’ouvrage… »
Rapport disponible sur http://www.developpement-durable.gouv.fr/IMG/pdf/2013-04-10_CNPN_-_CP_-_Motion_expertise_NDDL_procedure_projets_-_VF.pdf

Mais de ces avis là, Valls n’en a que faire, il s’agissait bien pour lui de contrer ces démarches, au moment même où Ségolène Royal nommait une nouvelle commission qui ne pouvait que conclure dans le sens de ces avis précédemment cités il sortait l’arme de la consultation dont il connaissait les sondages dès octobre dernier…
Valls a du faire sien le mot de Sarkozi « l’environnement ça commence à bien faire » comme il a pu le montrer à Lannion lorsqu’il a délivré le permis d’extraction de sable au large des 7 îles, réserves naturelles où l’on retrouve les macareux, allant à l’encontre de la ministre de l’écologie et des deux communautés de communes,
comme il a pu le faire lorsqu’il a donné le permis de continuer la production de boues rouges (aluminium) se déversant dans la Méditerranée, allant à l’encontre encore une fois des avis des différents ministres de l’écologie qui se sont succédés depuis Corinne Lepage…(http://www.monde-diplomatique.fr/2015/05/LANDREVIE/52952)
comme il a pu le faire à Sivens, au moment où Ségolène nommait une commission de même type, l’ordre était donné de commencer les travaux alors que les permis n’étaient pas délivrés soutenu par Le Foll qui mettait en branle la FNSEA…

Vous aussi, appelez les habitants de la Loire-Atlantique à voter NON le 26 juin http://350.org/fr/nddl-non/ et diffusez l’information : http://www.consultationnddl.fr/
Crédits Vincent Vidéography https://vincentvideos.com/

paru dans Ouest France du 22 juin 2016

L’ex PDG de Fleury Michon se déclare contre NDDL

Voix dissonante dans un milieu éco­nomique très pro,NDDL. Yves Gon­nord, ancien PDG de Fleury Michon, grand patron français reconnu, se dit « farouchement contre NDDL « , et affirme que sa position « purement économique et non politique » est partagée « par la quasi-totalité des chefs d’entreprises vendéens « .
Pour Yves Gonnord, il est « erro­né de penser que les conditions du développement économique de la région reposent sur Notre-Dame­des-Landes. L’avenir ne passe pas par cet aéroport inutile. Si j’écoute les compagnies aériennes, Nantes n’aura jamais un aéroport avec de grandes lignes internationales ré­gulières, car le potentiel passager n’est pas assez important. » Autre raison, selon lui: « La croissance du trafic de Nantes Atlantique est liée aux faibles taxes aéroportuaires qui attirent les compagnies low-cost. Avec NDDL à rembourser, il est sûr que le concessionnaire augmentera ces taxes. Les compagnies ne vont­-elles pas fuir? C’est un risque.  »
Bien sûr, l’éloignement entre la Vendée et un nouvel aéroport joue dans l’opposition d’Yves Gonnord : « Nantes Atlantique a encore du potentiel d’accueil si on l’aménage. Pourquoi s’acharner? Il existe d’au­tres solutions moins coûteuses que NDDL. » Il doute du montant annon­cé de la construction (561 millions). « La facture sera plus élevée. »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.