Tous les articles par admin

Le ministre de l’intérieur, M. Castaner victime de la « clé d’étranglement »?

M. Castaner, lundi 8 juin 2020, annonce la fin de cette technique utilisée par la police pour appréhender un citoyen lambda ayant commis une faute, un délit,…

Dès le mardi suivant s’ensuit une réaction des policiers qui déposent les menottes.

Cette technique est-elle dangereuse? Pour y répondre je vous invite et ce n’est pas coutume, à regarder l’émission balance ton poste:

la clé d’étranglement:

Mais que fait l’IGPN? Je vais vous raconter une histoire: dans la dite « démarche qualité » que les entreprises (ou les différents secteurs de la fonction publique: santé, …) effectuent , il y a une procédure de déclaration de ce qu’il est appelé « un événement indésirable »: quelque chose se passe qui va à l’encontre de l’éthique, de la sécurité au travail, ….Si par exemple, un supérieur hiérarchique demande à un employé d’effectuer une action contraire à la sécurité, engageant un risque pour lui-même ou un tiers, l’employé peut faire une déclaration d’événement indésirable, qui reste anonyme. Cette déclaration est destinée à une commission ad-hoc, qui doit trouver une réponse ou des solutions au problème posé, mais si cette même commission est présidée par ce même supérieur hiérarchique, où va-t’on? La boucle est bouclée, circulez il n’y a plus rien à voir!!!

Il semble que nous avons laissé se mettre en place différentes bulles hiérarchico-administratives et qu’elles sont auto-immunes. J’invite les sociologues à se pencher et à travailler sur ce qui semblent être la création de nouvelles nomenclaturas. Mais il faut aller sur la pointe des pieds pour ne pas se retrouver accuser, comme Noam Anouar par exemple.

Un policier interroge le fonctionnement de l’IGPN. Dans cette interview, il est possible de remplacer l’IGPN par d’autres structures hiérarchico-administratives (du public ou du privé) et ça fonctionne: nous retrouvons les mêmes travers, les mêmes positions d’auto-protection des cadres ou des structures administrativo-hiérachiques.

A ne pas en douter, les lobbys ont fait « chanceler » le ministre de l’intérieur qui avait pourtant promis dès le mardi le « remplacement de la clé par le taser ». Aujourd’hui, 15 juin 2020, nous pouvons lire dans la presse:


La clé d’étranglement finalement autorisée jusqu’à son remplacement par une autre technique:
Après l’annonce par Christophe Castaner de l’interdiction pour les policiers d’utiliser la clé d’étranglement pour interpeller une personne refusant d’obtempérer, le directeur de la police nationale a envoyé ce lundi 15 juin une note dans laquelle il annonce que la clé d’étranglement pourra finalement continuer à être utilisée par les forces de l’ordre jusqu’à son remplacement par une autre technique.

https://www.ouest-france.fr/societe/police/la-cle-d-etranglement-finalement-autorisee-jusqu-son-remplacement-par-une-autre-technique-6869955

les achats en disent long sur la volonté politique de nos dirigeants

M. Castaner aurait-il été touché par le décès de M. Cédric Chauviat? Pourtant il s’inscrivait, comme son patron, dans la droite ligne de Valls, Cazeneuve et compagnie (Rémi on ne t’oublie pas). En aout 2017: « le ministère de l’intérieur avait lancé un appel d’offres pour l’achat de 1,2 million de « grenades de maintien de l’ordre et de moyens de propulsion à retard », pour un montant total de 22 millions d’euros. » Il prévoyait sûrement de mater les opposants au libéralisme de son patron. Cela a servi sur les gilets jaunes. Et rebelote en 2019 avec l’achat de:
« 10 000 grenades de désencerclement. Elle s’ajoute aux 1280 fusils LBD40 et 450 LBD semi-automatiques, sans oublier les 5 millions de cartouches pour fusils mitrailleurs d’assaut achetés par le Ministère de l’intérieur. Budget de la dépense ? plus de 11 millions d’euros pour les cartouches, 2 millions d’euros pour les grenades… Au total, il y en aurait pour près de 20 millions d’euros rien que pour 2019 ! » (agoravox) Mais au fait combien de masques avaient été achetés pour protéger les citoyens et les soignants contre une possible épidémie ?

Nature et Jardins 2020

ENSEMBLE, SEMONS UN AVENIR SANS PESTICIDE !

Du 20 au 30 mars se tient partout en France et dans plusieurs autres pays la 15ème Semaine Pour les Alternatives aux Pesticides (SPAP). Cette opération de mobilisation,coordonnée par Générations Futures, vise à promouvoir toutes les alternatives aux pesticides aussi bien en agriculture, qu’au jardin, pour les collectivités comme pour les consommateurs.Pour sa 15ème édition, la SPAP met l’engagement à l’honneur avec un slogan mobilisateur :ENSEMBLE, SEMONS UN AVENIR SANS PESTICIDE ! Les conséquences sanitaires et environnementales des pesticides nous concernent toutes et tous, qu’importe notre activité : consommateurs.rices, agriculteurs.rices, élu.e.s, citoyen.nes, jardinier.ères,cuisinier.ères, étudiant.es, et bien d’autres encore… Nous pouvons toutes et tous faire le choix de favoriser les alternatives aux pesticides dans notre quotidien !

Nature et Jardins

la première fête des plantes… bio du département (restauration bio sur place, animations). Marché local : 17 paysans travaillant sans pesticide, artisans créateurs, pépiniéristes et semencier… 8 associations dont « nous voulons des coquelicots« ,… avec une Conférence d’un scientifique de Tara, qui fera le point de leur recherche sur les origines des plastiques dans les estuaires des plus grands fleuves d’Europe.

Dimanche 29 mars, 10h, bourg, Le Cellier.

Ces dix premiers jours du printemps sont malheureusement propices à la reprise des épandages de pesticides, alors que chaque année, des agriculteurs font le choix de les arrêter, de sortir des sentiers battus, d’innover, de sauter dans l’inconnu sans aucune sécurité quant à leur revenu. Nous devons soutenir ces paysans-jardiniers qui font ce choix. C’est pourquoi cette manifestation s’inscrit dans la Semaine pour les Alternatives aux Pesticides.

Vous retrouverez plus d’infos sur la journée sur: https://regardsnatures.wixsite.com/lecellier/nature-et-jardins-2019-2020

Forte de 50 partenaires nationaux et d’une dizaine de partenaires internationaux, la Semaine Pour les Alternatives aux Pesticides rassemble des centaines d’événements très divers qui ont lieu chaque année pendant ces dix jours de mobilisation : ciné-débats, conférences, expositions, visites de fermes, de jardins, balades, démonstrations de matériel alternatif de désherbage… C’est une belle occasion de mettre en lumière les alternatives aux pesticides et les acteurs de ces initiatives. Cette année plus particulièrement, et en raison des élections municipales, retrouvez notre outils d’interpellation disponible sur www.shaketonpolitique.org : Avec nos élu.es semons un avenir sans pesticides ! Découvrez le programme, les partenaires, les ressources utiles pour vous informer sur :www.semaine-sans-pesticides.fr

Retrouvez aussi la Semaine pour les alternatives aux pesticides sur les réseaux sociaux :Facebook : @SemaineAlterPesticides

Twitter : @Alter_Pesticide

Qui casse l’hôpital public?

l’étrange Noël du CHU de Nantes

L’étrange coïncidence: l’arrêt de la grève des urgences le 8 décembre 2019 à Nantes avec la nomination de son directeur M. Sudreau à l’IGAS les jours qui suivent….

https://www.ouest-france.fr/pays-de-la-loire/nantes-44000/nantes-fin-de-la-greve-des-urgences-on-doit-arreter-pour-le-bien-des-equipes-et-des-patients-78547d3e-1a71-11ea-857f-8e148c88ac6d

https://www.ouest-france.fr/pays-de-la-loire/nantes-44000/chu-de-nantes-en-six-ans-cree-plus-de-600-emplois-6655231?connection=true

Il prendra ses fonctions le 6 janvier; quelques perles dans l’interview:  » Le CHU, c’est 12 500 personnes (180 métiers différents), 80 services de soin et une logistique incroyable, comme dans une usine. On l’oublie un peu. J’entends rendre hommage aux équipes exceptionnelles du CHU.  » puis quelques lignes après le naturel revient au galop:

 » Pour autant, des médecins de la base ont le sentiment de ne pas être écoutés ?Il y a ici plus de 1 000 praticiens hospitaliers titulaires. C’est la difficulté du terrain de jeux, qui est constitué de 80 services. »…

l'hopital public le 17 décembre
Rassemblement à Paris le 17 décembrehttps://www.interurgences.fr/2019/12/31029/

https://www.google.com/maps/d/u/0/viewer?mid=1QuZ2EogIgvffjcNC_-w4C22LUsgsUPoM&ll=46.91304094144026%2C4.492776590610106&z=6

Comment créer de toute pièce une crise de l’hôpital public? une crise des urgences?

1ère action: vous enlevez la gestion paritaire salarié/patronat de la sécurité sociale, vous la mettez sous l’égide de l’État.

2ème action: il y a trop d’impôts, il faut les baisser, vous supprimez par exemple le CICE que vous transformez en allègement de charges patronales (au passage vous entendez bien « charges patronales » mais non cotisations sociales).

3ème action: moins de cotisations sociales, 20 milliards en moins, comment augmenter le trou de la sécu (ou de l’État) sous les applaudissements… (Cet allègement devrait être compenser par l’état, serait-ce par une augmentation de l’impôt? de la TVA?) comment fait on pour les hôpitaux?

Mais: « C’est une information passée sous les radars à la rentrée 2018 : le gouvernement cessera, à partir de 2019, de compenser intégralement au budget de la Sécurité sociale les exonérations de cotisations sociales qu’il lui impose. Une mesure injuste, inefficace, et qui menace l’existence même de la Sécurité Sociale (la Sécu). » (Blog France Insoumise). Jean-Claude Mailly l’a évoqué sur BFM le 29 novembre 2019 le fait que l’Etat ne compense plus ces allègements.

Autrement dit: au moment où la sécu sort du rouge, on lui remet la tête sous l’eau:


Les baisses de cotisations représentent un total de 46,5 milliards d’euros en 2018, et atteindront plus de 72 milliards d’euros en 2019, après la transformation du CICE en exonération de cotisations sociales. Jusqu’à présent, l’Etat compensait ces exonérations. Un euro offert aux employeurs était compensé par un euro de l’Etat, via les impôts. Ainsi, l’Etat garantissait que la Sécurité sociale continue à indemniser les malades, les retraités, les chômeurs et les accidentés, malgré une baisse de ses recettes (pour rappel, les cotisations sociales représentent 56% des recettes de la sécurité sociale). Dit autrement, pour financer les cadeaux faits au MEDEF (qui ne verse plus ces cotisations sociales, et reçoit bien plus d’argent par ce biais que les petits employeurs), l’Etat, par l’intermédiaire de vos impôts et vos taxes, versait à la Sécu un montant équivalent à ces cadeaux.
A compter de 2019, plus de 72 milliards d’euros seront offerts aux actionnaires, soit l’équivalent du budget de l’Etat consacré à l’« enseignement scolaire ». Mais en plus, avec la non-compensation systématique, le budget de la Sécu est directement menacé.

https://lafranceinsoumise.fr/2018/09/12/la-secu-braquee-par-le-gouvernement-a-vos-frais

4ème action: chaque année on baisse ce qui est alloué aux hôpitaux au regard de l’augmentation naturelle des besoins…

5ème action: après la suppression des hôpitaux de proximité, et l’absence de médecins, comme solution aux urgences en crise, il est proposé aux urgences de recevoir un forfait pour chaque patient que les urgences refuseraient (Hippocrate où es tu?): le forfait de réorientation. C’est bien une mesure des technocrates gestionnaires, ces intouchables qui gèrent la santé en France, ceux là même qui propose la suppression des Aide Médicales d’Urgence aux plus démunis.

Qui creuse le trou de la Sécu?

Nous en sommes en droit de se le demander: lorsque vous entendez « allègement de charges » il faut mettre en face « trou de la sécu » ou « retraites en déficit » parce que c’est le même processus. Mais ce n’est pas tout.

Chaque année, le rapport annuel de la Cour des comptes sur l’application des lois de financement de la Sécurité sociale, conduit à une explication tout à fait différente.

« Ce rapport mentionne que la fraude aux cotisations imputable aux entreprises a doublé en huit ans. Elle représente un manque à gagner de plus de 20 milliards d’euros, en 2012 (cotisations sociales, CSG, CRDS, Unedic et assurances complémentaires obligatoires), alors que le « déficit » était de l’ordre de 19 milliards. Autrement dit, si l’ensemble des cotisations dues avait été effectivement versé par les entreprises assujetties, notre bonne vieille Sécu serait en excédent malgré le ralentissement économique préjudiciable à l’équilibre des comptes sociaux. Il est surprenant que les médias aient peu développé cette information.


* Jacques Grolier est maître de conférences à Rennes 1. Directeur du master Économie et gestion des établissements sanitaires et sociaux. (2014: https://www.ouest-france.fr/reflexion/editorial/point-de-vue-secu-un-trou-creuse-par-des-entreprises-indelicates-2924820)

La solution viendrait-elle du secteur privé? oui si elle payait ses cotisations.

France Bleue

soutien aux grévistes de France-Bleue (Loire Océan)

france bleue

C’est au moment où la radio publique conquiert « des parts de marché », que les équipes tournent, qu’un vaste plan de licenciement est lancé, comme si cela étai insupportable pour les caciques de la privatisation: il est impensable que le public fonctionne mieux que le privé…Ils mettent tout en place pour fragiliser les structures: baisse des financements dans les hôpitaux publiques, etc…

5 décembre:

grève pour sauver le système de retraite solidaire…

5 décembre

5 décembre tous unis: nous ne laisserons pas les générations futures mourir au travail : nous exigeons la solidarité intergénérationnelle et un droit à la retraite à 60 ans avec des pensions dignes et définies. De l’argent, il y en a ! Allons le chercher où il est ! info sur votre gauche et sur…

NANTES – 10 h 30 Miroir d’eau
SAINT-NAZAIRE – 10 h Place de l’Amérique Latine
ANCENIS – 10 h 30 Station Esso
CHÂTEAUBRIANT – 11 h Mairie

14 novembre: sauvons l’hôpital publique

Ensemble pour défendre notre hôpital, notre système de santé et d’action sociale

AMUF, APH, CFE-CGC, CFTC, SFDT, SGT, CIB, Coord. Nat., Ψ, SUD, UNSA

Depuis le printemps, les personnels des urgences se mobilisent dénonçant la dégradation de leurs conditions de travail et revendiquant des effectifs, une augmentation de salaire et l’ouverture de lits pour accueillir les patients en sécurité et dans la dignité. Ces revendications se sont étendues depuis à l’ensemble des professionnel.le.s de nos différents secteurs d’activités parce qu’il y urgence à obtenir des moyens supplémentaires pour l’hôpital et l’ensemble des établissements de Santé et d’Action Sociale.

Les député.e.s n’en ont pas tenu compte, en votant en première lecture le Projet de Loi de Financement de la Sécurité Sociale proposé par le gouvernement. Ils ne font qu’amplifier la colère et la détermination des personnels et des usager.e.s

Réuni.e.s à la bourse du travail ce lundi 4 novembre 2019, les collectifs : Inter blocs, Inter Hôpitaux , Inter Urgences et le printemps de la psychiatrie, et les organisations syndicales représentatives médicales ainsi que paramédicales AMUF, APH, CFE- CGC, CFTC, CFDT, CGT, SNPHARE, SUD, UNSA et la Coordination Nationale des Comités de Défense des Hôpitaux et Maternités de Proximité appellent à la mobilisation des salarié.e.s et des usager.e.s pour défendre notre hôpital, notre système de Santé et d’Action Sociale.

Nous exigeons d’être reçus par le Premier ministre pour engager des négociations urgentes en particulier sur les thèmes suivants :

  • Recrutement de professionnel.le.s supplémentaires immédiatement et plan de formation pluridisciplinaire
  • Revalorisation générale des salaires pour rattraper les 10 ans de blocage, et reconnaissance des qualifications des professionnel.le.s
  • Renforcement des moyens financiers significatifs pour les établissements, ce qui passe par une revalorisation de l’ONDAM à au moins 5% dans le Projet de Loi de Financement de la Sécurité Sociale
  • L’arrêt de toutes les fermetures d’établissements, de services et de lits et la réouverture de lits là où c’est nécessaire
  • De réelles mesures qui garantissent l’accès, la proximité et une prise en charge optimale en terme de qualité et de sécurité des soins pour toutes et tous partout.

Toutes et tous ensemble le 14 novembre 2019 pour une journée nationale de grève et de manifestations !

Manifestation à Paris :

Rassemblement entre 12h00 et 14h00 à Port-Royal, pour un départ à 14h en direction du Sénat, de l’Assemblée Nationale et de l’hôtel Matignon.

Pré-inscription pour le car pour Paris le 14 Novembre 2019 ici…

Le collectif Inter-Hôpitaux vote l’arrêt des réunions administratives et du codage T2A …

https://www.interurgences.fr/wp-content/uploads/2019/11/WhatsApp-Video-2019-10-31-at-15.01.15.mp4

Voici le texte que nous vous proposons de signer :

Nous sous-signés chefs de services et responsables d’unités de soins, médecins hospitaliers, internes, cadres de santé, infirmières, aides-soignantes, sage-femmes, kinésithérapeutes, diététiciens, psychologues , agents hospitaliers, secrétaires, assistantes sociales, etc.. alertons une nouvelle fois sur l’aggravation des conditions de travail des soignants, médecins et personnels paramédicaux, entraînant une dégradation inacceptable des conditions d’accueil des patients et de la qualité des soins.

Un point de rupture est aujourd’hui franchi. La sécurité n’est plus assurée. suite sur collectif inter hopitaux

Grève à Psy’Activ

Psy’activ(L’association, émanant de la MSA, gère un dispositif d’accompagnement des personnes en situation de handicap psychique, composé d’établissements sanitaires et médico-sociaux.)


Contexte :

La psychologue du Centre de Post-cure Psychiatrique à Carquefou, lors de son entretien annuel avec son responsable N+1, le Directeur Général, a reçu la notification de sa mise à pied. Le DG lui a demandé de signer cette notification, tout en lui refusant de lui en communiquer les raisons. Elle repart à son bureau récupérer ses affaires. Un cadre s’y invite, lui intimant l’ordre de quitter immédiatement les lieux, allant jusqu’à la menacer de porter plainte pour détention de documents qui appartiendraient à Psy’Activ (deux autres cadres sont également présents mais se tiennent à distance). C’est une violence insupportable ! Les salariés du Centre de Post-cure Psychiatrique sont sous le choc. Non seulement la confiance avec la direction est rompue, mais cette défiance s’élargit également à certains cadres intermédiaires. C’est un climat de peur qui règne. Ce sont des méthodes de management inacceptables !

suite sur http://lecellier.info/resister-2/resistance-ouvriere/sante-rentre-resistance/greve-a-psyactiv/h

grève à Psy'Activ

https://www.ouest-france.fr/pays-de-la-loire/carquefou-44470/carquefou-nouvelle-poussee-de-fievre-chez-psy-activ-cd1c8786-fa59-11e9-904f-bb565e58a176

Ancenis et Atlantic’eau

sécheresses et fuites….

L’année 2019 a été marquée par une terrible sécheresse. La prise d’eau d’Ancenis a eu quelques bouffées de chaleur. En effet il commençait à manquer d’eau dans la Loire….et la prise s’est retrouvée à 70cm seulement sous le niveau de la Loire. Il était temps de désensabler la « crépine ». De là, à imaginer une prise d’eau sur un radeau, certains l’ont fait.

Ancenis et Atlantic'eau

Cette sécheresse a donné lieu à des prescriptions de restrictions de la part de la préfecture. Mais qu’avons nous appris dans le Rapport Annuel de VEOLIA de 2018: 572 027 M³ d’eau potable, produit par l’usine d’Ancenis n’arriveront jamais dans nos robinets, perdus à jamais dans la nature sur 4 708 120 de distribués….

Si nous faisons abstraction de la Laïta qui consomme à elle seule plus de 1 million de mètres cube d’eau par an, et qui se trouve à 200m de la prise d’eau (nous pouvons légitimement espérer qu’il n’y a pas de fuites sur ces 200m), nos pouvons dire que lorsque nous (particuliers, collectivités,agriculteurs,…) prenons 6 litres d’eau, ce n’est pas en réalité 6 litres d’eau que nous prenons mais 7 litres, le 7ème constituant les fuites dans la nature. Mais alors combien de mètres linéaires ont été remplacés sur le pays d’Ancenis en 2018? 0 comme en 2017!!!