Collectif nantais Sortir de l’état d’urgence

COMMUNIQUE

DEFENDONS NOS LIBERTES !

Le 5 avril, le Sénat procédera au vote sur le projet de loi « Urvoas » après des débats expédiés.

Mobilisés depuis plusieurs mois contre l’état d’urgence et les dérives sécuritaires, plus de 150 organisations, rassemblées, au plan national, dans les Collectifs « Nous ne céderons pas » et Stop état d’urgence » appellent à la mobilisation devant le Sénat le mardi 5 avril de 13 heures à 15 heures, pour porter les revendications suivantes :

NON À L’’ETAT D’EXCEPTION PERMANENT

REJET DU PROJET DE LOI URVOAS

LEVEE DE L’’ETAT D’URGENCE

 

Après l’obtention de l’abandon de la constitutionnalisation de l’état d’urgence et de la déchéance de nationalité, poursuivons notre mobilisation contre l’état d’urgence et contre le projet de loi « renforçant la lutte contre le crime organisé, le terrorisme et leur financement, et améliorant l’efficacité et les garanties de la procédure pénale ».

S’il est voté, ce texte donnera au ministre de l’intérieur et à la police des pouvoirs directement inspirés de l’état d’urgence (assignations à résidence, retenue administrative de 4 heures) mais aussi des pouvoirs exorbitants de fouilles dans l’espace public et de surveillance (poses de micros, IMSI catcher, captation de données informatiques archivées…) avec des garanties affaiblies.

La fuite en avant sécuritaire est massive : en modifiant le droit sur la légitime défense, le texte du Sénat élargit dangereusement les conditions dans lesquelles les policiers ont le droit de tirer. Le gouvernement cède au populisme pénal en reprenant à son compte la « perpétuité réelle », marotte de la droite décomplexée.

Nos collectifs ne peuvent accepter que ces mesures soient votées sans réaction !

REFUSONS LA BANALISATION SECURITAIRE !
NON À L’’ETAT D’URGENCE !
NON À L’’ETAT D’URGENCE PERMANENT DE LA LOI URVOAS !

 Collectif nantais Sortir de l’état d’urgence

composé de : Association Républicaine des Anciens Combattants (Arac), Attac, Centres d’entraînement aux méthodes d’éducation active (Ceméa), Confédération Générale du Travail (Cgt), Droit au logement (Dal), Fédération Syndicale Unitaire (Fsu), France Palestine Solidarité (Afps), Les Amoureux au ban public, Ligue de l’Enseignement-Fédération des Amicales Laïques (Fal), Ligue des droits de l’Homme (Ldh), Maison des Citoyens du Monde (Mcm), Mouvement contre le Racisme et pour l’Amitié entre les Peuples (Mrap), Mouvement National de Lutte pour l’Environnement (Mnle), Syndicat de la Médecine Générale (Smg), Syndicat des Avocats de France (Saf), Tissé Métisse, Union syndicale Solidaires, …

avec le soutien de : Association « Place au Peuple-Front de Gauche », Bouguenais Agir Solidaire, Ensemble, Europe Écologie Les Verts, Mouvement des Jeunes Communistes de France, Parti Communiste Français, Parti de Gauche, Rezé à gauche toute…

Loi Travail : non, merci !

Le projet de réforme du droit du travail présenté par Myriam El Khomri propose de revenir des années en arrière. Mobilisons-nous !

Je signe la pétition

Afficher l'image d'origine

Décryptage sur http://loitravail.lol/

Code du travail : Licencier le gouvernement (Politis)

Petit guide contre les bobards de la loi Travail

Les 8 bobards de la loi Travail

« Il est temps d’agir et il faut agir de façon extrêmement musclée », a déclaré Pierre Gattaz le 15 décembre dernier lors d’une conférence de presse. Sur le chômage il faut agir « aussi sérieusement qu’on a traité les

Afficher l'image d'origine

attentats terroristes, c’est-à-dire avec un état d’urgence économique pour la croissance et pour l’emploi ». Un mois et demi plus tard était publié le projet de loi Travail qui reprend l’essentiel des exigences du Medef. Et pas seulement : François Hollande « se sait sous surveillance de Bruxelles etde Berlin quant aux réformes – « on coche une case », plaisante-t-il parfois » (Les Échos, 17 mars 2016) suite sur le site d’ATTAC

l’accueil des migrants: 1er avril à 20h30 au Cellier

Cette soirée, initiée par le collectif des associations et des élus de gauche sur le pays d’Ancenis, a été mise en œuvre par l’association le cellier-à-venir. Ce collectif est né suite aux élections municipales de 2014, et regroupe des associations, des élus des communes d’Ancenis, de Mésanger, de Oudon, du Cellier, de Teillé…, avec une participation récente de Bonnoeuvre, de Riaillé, de Pannecé.migrants

L’accueil des migrants sur notre territoire fait partie de nos   préoccupations. Qu’entend- on par «demandeur d’asiles», sans «papier», «migrant» ou «réfugié» ? Comment sont accueillis les demandeurs d’asile sur le département, sur la métropole nantaise ? Comment une collectivité peut-elle intervenir ? En tant que citoyen comment puis-je agir ponctuellement ou plus durablement ?

C’est pour répondre à ces questions que le collectif et l’association le Cellier-à-venir organisent un débat avec les organisations travaillant au plus près avec les demandeurs d’asile :

Rendez-vous le vendredi 1er avril à la salle William Turner à 20h30

avec la Ligue des Droits de l’Homme, la CIMADE, le GASPROM, Survie 44, Blain sans frontières, et Welcome.

plus d’infos sur: http://lecellier-a-venir.fr/

partager, résister, l'alternative